Question à laquelle Thomas Croisière va tenter de répondre en 3 minutes

Quel plaisir de débuter cette chronique comme Christophe Honoré démarre son film Chambre 212. DÉSORMAIS, le transport des violons d’Aznavour sera, pour moi, indissociable des jambes de Chiara Mastroianni qui, tel un compas, arpente Paris en tout sens, lui donnant son équilibre et son harmonie. 

Et pourtant, POURTANT - excusez moi le grand Charles m’habite - j’avais tellement envie de haïr votre film depuis qu’un soir d’hiver 2014, ma femme m’a dit : 

J’ai croisé Benjamin Biolay à Saint- Germain, il m’a regardée comme tu ne me regardes plus 

J’ai donc été ravi de voir son couple à son tour se déliter de la fenêtre de la chambre 212.

Chambre 212 est un film de conversation conjugale mettant en scène un homme et une femme, mais pas chabadabada car ils sont hantés par les fantômes de leurs passés et leurs 25 ans de couple. J’aime votre film comme j’aime Claude Lelouch car comme lui, vous aimez les histoires et les chansons d’amour, comme lui, vous vous regardez parfois filmer et comme lui, vous n’avez pas peur de faire dire à votre héroïne cette Guitryesque réplique : 

Si on ne peut plus tromper son mari avec son mari, où va-t-on ?

Ca vous fait rire ? Moi aussi, moi « Tom et j’en ris »* encore ! Mais, pas d’un rire de ventre comme après un quelconque : « D’être assis à côté de vous, je suis Honoré... Christophe », mais d’un rire de tête, un rire lettré, un rire de bibliothèque.

Maria demande - devant une bibliothèque justement : "Pourquoi à J comme James, je trouve un Maupassant et un Mauvignier ? – désolé, je joue moins bien que Chiara Mastroianni, c’est pour ça que je n’ai pas remporté le prix d’interprétation féminine d’Un Certain Regard. Je reprends - Merde Richard, un classement alphabétique, c’est tout de même pas l’organisation la plus difficile à saisir, non ?"

Richard – c’est Benjamin Biolay : "Tu sais, moi je me demande si le mec qui t’a baisée cet hiver et qui veut continuer au printemps s’appelle A comme Antoine ou A comme Alex ou A comme Abruti"

Maria : "On est obligés de faire ça maintenant ?"

Richard : "Je sais pas, tu as l’air de vouloir faire du rangement". 

J’aime votre film comme j’aime Bertrand Blier car comme lui, vous aimez les mots et les remèdes, comme lui vous n’hésitez pas à incarner la volonté de Maria par un sosie léopardé d’Aznavour, comme à lui Michel Serrault vous manque et comme lui vous filmez merveilleusement Carole Bouquet qui est non seulement « Trop belle pour toi », mais bien trop belle pour Richard.

Et puis surtout j’aime votre film comme j’aime François Truffaut dont vous venez de réaliser le meilleur film depuis 35 ans – Vivement lundi qu’il s’y remette ! 

J’aimerais que Par Jupiter ! dure 3 heures pour recenser avec vous tous vos clins d’yeux Truffaldiens, mais pour moi la « grande allusion » est ce moment magique où le bras d’une platine se pose en 2019 sur un vinyl pour jouer « Could It Be Magic ? » de Barry Manilow comme en 1979 il se posait sur le vinyl d’Alain Souchon pour jouer L’amour en fuite chez la disquaire Dorothée.

Oui, chers auditeurs nostalgiques, Barry Manilow a repris Alliage en 1973.

Votre film s’intitule Chambre 212 soit disant pour le numéro de l’article du code civil par lequel les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours et assistance. Mais je sais que ce 2 – 1 - 2 est en fait cette équation de l’amour qu’avec votre quatuor de personnages vous cherchez : 2 + 2 ne fait ni 4 ni 5, mais bien 1.

Chambre 212 ou en anglais  « On a magical night »... est un film, qui est, comme les femmes, magique, parce qu’il est avant tout une déclaration d’amour au cinéma. 

On y croise une fenêtre Hitchcockienne, une porte McCareyienne, des plafonds Resnaisiens, des affiches Ozoniennes et War Gamiennes, on y croise même sur le dernier plan du film une bâche avec ce mot Wellesien qui fait frissonner depuis 80 ans tous les amoureux du cinéma comme de Columbo : « Rosebud ». 

Savez-vous Christophe Honoré quel grand réalisateur a dit : « Quand vous êtes réalisateur, vos films ne cessent de dialoguer avec d’autres films ? » C’est vous ! 

Alors vive vous et surtout :

* Allusion toute personnelle à Philippe Vandevelde aka Tome scénariste de Soda, Le Petit Spirou et des Spirou et Fantasio 33 à 46 décédé le 5 octobre 2019

  • Légende du visuel principal: Chiara Mastroianni dans "Chambre 212" de Christophe Honoré © Jean Louis Fernandez
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.