Confiné volontaire avec mes 2 zéros, je leur propose chaque soir la Séance de Thomas Croisière et hier c’était...

Y a-t-il un flic pour sauver la reine ? de David Zucker

C’est tout ce que mes enfants ont prononcé d’intelligible à propos de ce premier opus de la trilogie des Y-a-t-il un flic commise par les ZAZ à qui l’on devait déjà Y a-t-il un pilote dans l’avion et Top Secret. Les Zucker Abraham Zucker, maîtres de la comédie parodique. En 1988, ils adaptent leur série Police Squad et quand je demande à mes fils de résumer le film, ça donne...  

Gaston : Euuuuuhhhhhh Yaaaahhhh et en fait il se cogne contre la barre le fauteuil roulant et en fait il atterrit sur le sable Aaaaahhh Pfffffrt Et vous remarquerez bien au fond Wooooooo Rrrrrraaaaaaah  

Là, je crois que Gaston parlait de Nordberg, le coéquipier malchanceux du Lieutenant Drebin, interprété par OJ Simpson, célèbre joueur de NFL devenu comédien, puis assassin et qui fut entre autre condamné pour vol à main armée, enlèvement et excès de vitesse en bateau dans une zone de protection des lamantins. Ca lui coûta 130 dollars en 2002.
Et là, je pense qu’Alfred nous parle de Priscilla Presley.  

Alfred : Ahahahahahah, j’ai bien aimé leur première rencontre quand elle lui lance un regard et là pfffffrrttt, elle se casse la gueule dans les escaliers (rires) et après elle se relève et elle continue à lui faire des regards et  elle se cogne contre tous les murs shprrrrfff shprrrfff  

L’ex-femme d’Elvis, « moite et chaude », dont Franck Drebin tombe amoureux et qui lors d’une rupture lui lance cette réplique que j’utilise désormais systématiquement: « J’ai simulé tous mes orgasmes ». Mais que se passe-t-il dans ce film où il faut sauver la reine et que nos amis canadiens appellent  L’agent fait la farce, sans doute après un remue-méninges avec Alex ou Guillaume  

Alfred : Y a aussi l’incendie
Gaston : Non, non pas l’incendie
Alfred : Si si
Gaston : Non, tu racontes pas. Sinon, ça va plus être drôle
Alfred : Si
Gaston : Non, pas l’incendie
Alfred : On a le droit, c’est papa qui coupe !  

Ben oui, on a le droit les gars, mais il se passe quoi dans ce film !  

Alfred : Il regarde avec une bougie et là y a un indice mais je ne vous dis pas lequel et en fait la page elle prend feu Pfffffuitttt. Et là tout commence à prendre feu. Y a des vases qui sont en train de tomber et il essaye de les rattraper mais en fait, ça sert à rien, et le tableau il casse tous les vases et il laisse l’étagère tomber. Après il prend le tableau, mais il le déchiquète sur les plantes piquantes (rires) et après il sort par la fenêtre
Gaston : Il est vraiment maladroit ce policier. En même temps, s’il était pas maladroit, y aurait plus de vannes.  

Evidemment. Sans l’incroyable vis comica de Leslie Nielsen, il n’y aurait pas de film. Il est entouré d’excellents acteurs comme l’oscarisé George Kennedy ou Ricardo Montalban de L’île fantastique. Sachez que le tableau dont parle mon fils dans son bureau est L’enfant bleu de Gainsborough peint en 1779 et que Gainsbourg évoque dans 69 année érotique, le comparant à Jane Birkin.

Même devant les ZAZ, on apprend en s’amusant. Mais pourquoi râles-tu Gaston ?  

Gaston : Mais maintenant, y a plus de vannes après
Alfred : Si
Gaston : Non, y a presque plus de vannes
Alfred : Je te rappelle que toi t’en as racontées
Gaston : Oui, mais qu’une  

Bon, alors, on ne vous en dit pas plus. Vive les Aaaaahhhh, les proutch, les hihihi et... Vive le cinéma

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.