Confiné volontaire avec mes deux naufragés, je leur propose chaque soir la Séance de Thomas Croisière et hier c’était...

L’odyssée de Pi d’Ang Lee

11 nominations aux Oscars en 2013 et 4 statuettes dont celle du meilleur réalisateur pour le taiwanais, déjà lauréat avec Le Secret de Brokeback Mountain, et couvert de prix grâce à Tigre et dragon et Garçon d’honneur.

Alfred : Pi, c’est un petit garçon qui s’appelle Piscine Molitor et il est surnommé Pi. C’est drôle parce que moi, je vais à la piscine Molitor

C’est drôle, mais c’est surtout 4500 balles par an et je peux te dire qu’avec le nombre d’animations de soirées privées que j’ai de prévues en 2020, t’es pas prêt d’y retourner à la piscine Molitor.

Alfred : Il doit quitter l’Inde et son bateau coule et il se retrouve seul avec un tigre sur un bateau.

Pi n’est hélas pas saltimbanque, il ne peut donc pas enfourcher ce tigre. Et pour paraphraser un peu plus notre Président à la dérive, ce con n’a même pas de jambon ni de fromage, alors comment voulez-vous qu’il ait « une capacité à réinventer une histoire unique » ? En revanche, il rivalise d’ingéniosité et de courage pour survivre pendant 227 jours dans le Pacifique face au tigre Richard Parker

Gaston : Et en fait, lui, il s’est fait une plaque pour pas que le tigre vienne le chercher parce qu’il a peur du tigre. Heureusement que le film a été fait avec des effets spéciaux.

A sa sortie, le film fut comparé à Avatar, mais c’est aussi réducteur que comparer Michel Sardou et Eddy de Pretto sous prétexte qu’ils utilisent tous deux un micro. En plus, Michel, il a l’organe pour pouvoir se passer de micro.

15 personnes ont été mobilisées pour concevoir numériquement les 10 millions de poils du fauve. Imaginez le nombre d’ingénieurs qu’il aurait fallu si le jeune Pi s’était retrouvé face à Aymeric Lompret. Non, un tigre c’est mieux.

Alfred : J’ai bien aimé aussi le tigre. J’ai trouvé que la vraie histoire était celle du tigre. En fait, à la fin, y a des gens qui veulent lui demander une vraie histoire à laquelle les journalistes pourraient croire et il leur a raconté une autre histoire

Même au Canada, puisque le vieux Pi Patel y vit désormais, les journalopes veulent réécrire l’histoire. Pourtant, il est parfait ce voyage initiatique dans lequel un gamin fait face à une bête féroce, la faim, les éléments, la folie et la peur.

Alfred : Faut toujours vivre avec une peur si on veut survivre parce que si on n’a pas peur de tomber d’une falaise, on va faire : « J’ai pas peur » et il va tomber d’une falaise et s’écraser la tronche.

La peur que beaucoup utilisent pour nous soumettre mais qui peut aussi faire que l’on se rebiffe. Et si pour Nelson Mandela, « Le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre », le petit Piscine Molitor domptera ses peurs en utilisant son imaginaire et nous embarquera dans le grand bain de la grande illusion d’une féérique odyssée homérique.

C’est pas l’homme qui prend l’Homère, c’est l’Homère qui prend l’homme. 

Vive le cinéma 

  • Légende du visuel principal: Image extraite du film d'Ang Lee "L'Odyssée de Pi" © AFP / Dune Entertainment / Ingenious M / Collection ChristopheL via AFP
Programmation musicale
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.