Confiné avec mes deux ex-vacanciers, je leur propose chaque soir la Séance de Thomas Croisière et hier, c’était...

S’il y en a un que l’on ne peut pas traiter de « con de mime », c’est bien Jacques Tati qui dans son deuxième long-métrage créa le burlesque et longiligne Monsieur Hulot

Alfred : Monsieur Hulot, je trouve qu’il fait plein de bêtises et ça j’aime bien et aussi je trouve qu’il est très distrait

Tati décrit Hulot comme étant: « d'une indépendance complète, d'un désintéressement absolu et  d’une étourderie qui en fait, à notre époque fonctionnelle, un inadapté ».

On le retrouvera dans : Mon Oncle, Playtime, Trafic, mais aussi dans Domicile Conjugal de Truffaut et dans le premier gouvernement d’Edouard Philippe dans un rôle plus tragique que burlesque.

Gaston :  J’ai bien aimé la petite voiture parce que c’était plus à la mode et j’aime bien ce qui n’est plus à la mode

Cette lente et pétaradante voiturette André Lombard de type 3 nourrit l’imaginaire du dessinateur André Franquin qui 4 ans plus tard créa la fumeuse Fiat 509 et le personnage de Gaston – quel beau prénom. Lagaffe, comme Hulot, rêveur, nonchalant, maladroit et totalement inadapté au monde du travail. Le Tonton de Gaston, c’est Tati.

Un Tati pas mode puisqu’ici tout fleure bon l’après-guerre et les congés payées – alors que si j’ai bien compris, notre après-guerre sera sans congés payées. Une époque révolue où raisonne sur de vieux gramophones le thème jazz d’Alain Romans. 

Alfred : Oh la musique qui revenait 8000 fois dans le film, je compterai la prochaine fois que je le verrai si jamais je le vois encore

Gaston : Moi, j’aurais préféré que ce soit sans le son

Et pourtant Hulot l’est quasiment, muet. Ce qui fit dire à Steven Spielberg que Tati est : « Le plus grand acteur muet de l’époque du cinéma sonore ». Car s’il se nourrit d’Harold Lloyd, Keaton ou Chaplin, Tati modernise le genre en proposant des bandes-son à faire pâlir un technicien de Radio France.

Le film remporta le prix de la critique internationale au festival de Cannes, réunit 5 millions de spectateurs et Woody Allen dit de lui,  qu’il est la meilleure comédie de son époque, et il sait de quoi il parle quand il parle de comédie Woody.

Gaston : J’ai bien aimé quelques blagues, mais y a pas d’aventure, y a pas de stress, y a rien. J’aime pas quand y a beaucoup de stress mais j’aime bien quand y a un petit peu de stress sinon ça ennuie. Moi je vous le conseille pas trop, mais si vous aimez quand y a pas de stress.

Pas de stress, ni tension et pourtant, il y a une histoire, des personnages magnifiquement caractérisés et une succession d’observation d’une profonde humanité. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que Jacques Tati et Henri Marquet furent nommés à l’oscar du meilleur scénario original.

Si vous voulez du stress et de la tension les mômes, je vous propose d’écrire les vacances de Monsieur Hulot 2020, il se fera arrêter au péage dont les tarifs seront devenus exorbitants, il ne pourra pas résider à l’Hôtel de la plage, ni dîner dans la salle commune, son masque il ne l’utilisera pas pour aller plonger, mais pour aller au marché où il attendra 2 heures dans une queue sans parole pour commander un gâteau d’anniversaire qu’on ne pourra pas partager avec mamie.

Non, question ambiance, je préfère 1000 fois l’original qui m’a rappelé les paradis perdus de la dolce vita où l’on croisait des amoureux qui passent, des señoritas et des petites filles du soleil. Cette vie là où l’on pouvait dessiner sur le sable un doux visage qui nous souriait, mais les châteaux de sable sont écroulés...

Vive Tati, vive Christophe et... Vive le cinéma ! 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.