Confiné avec mes deux chevaliers et Laspalès, je leur propose chaque soir la Séance de Thomas Croisière et hier, c’était...

Les Monty Pythons c’est une troupe de 5 humoristes anglais et 1 cartooniste américain sans qui l’humour moderne n’existerait pas, ni même sans doute nous, à l’exception d’Alex Vizorek pour qui la modernité n’a jamais été une priorité.

Après 45 épisodes de leur mythique Flying Circus, des kilomètres de marches stupides et des heures de débat autour d’un perroquet mort, ils se lancent dans la production de Sacré Graal grâce aux dispositifs d’optimisation fiscale pour soutenir le cinéma anglais. Vous voyez Guillaume ? Ca a aussi du bon l’optimisation fiscale.

Alfred : Ca raconte en fait, le roi Arthur, roi des Bretons qui cherche des chevaliers pour les emmener dans son château de Camelot et bien y a Dieu, il lui dit tu as une quête maintenant, tu dois chercher le Saint Graal

Certains prétendent que c’est en regardant Kaamelott sur M6 que les Monty Pythons eurent l’idée de Sacrée Graal, d’autres pensent que ce sont les légendes arthuriennes qui les inspirèrent.

Peu importe puisque l’on retrouve ici des mythes familiers grâce à Merlin l’enchanteur de Disney, Excalibur de Boorman, Indiana Jones et la dernière croisade de Spielberg ou, pour les auditeurs de France Inter, Perceval le Gallois d’Eric Rohmer.

Gaston : J’ai bien aimé la blague à l’anglaise, le roi Arthur, il fait un combat contre un autre, contre un autre chevalier et là le chevalier il a perdu tous ses membres et il dit : « C’est pas grave, c’est que des blessures artificielles ». C’est ce que j’ai bien aimé

Non, pas artificiel – étymologiquement « fait avec art », mais superficiel... euh... « fait avec super ». J’aime ce film ludo-éducatif. Il permet par ailleurs de travailler sa logique.

Gaston : J’ai bien aimé le passage de la sorcière aussi quand on dit que la sorcière ça brule et donc c’est en bois et le bois ça flotte, alors un canard aussi donc si elle faisait le poids d’un canard, c’était une sorcière

N’en déplaise à ma collègue Isabelle Sorente, auteure du Complexe de la sorcière – disponible dans toutes les librairies qui sont hélas fermées - cette logique est imparable. Tout comme celle du cheval de Troie également déclinable avec un lapin.

Alfred : J’ai une idée, et là ils reviennent avec un lapin de bois comme pour prendre Troie et là il explique le plan et dit : « Et bien nous, on est sensés surgir du lapin », alors que là le lapin il se fait prendre dans le château, « et là, le soir, on va attaquer discrètement depuis le lapin et ils seront sans défense ». Mais, vous n’êtes pas de la lapin !

Guerre de Troie, Moyen-âge, Sacré Graal est le film idéal pour réviser les programmes d’histoire de 6ème et 5ème. Et on y parle aussi géographie.

Gaston : Et j’ai bien aimé le passage du Pont de la Mort.

  • Quel est ton nom ?
  • Sire Lancelot
  • Quelle est ta couleur préférée ?
  • Le bleu
  • Quelle est la capitale de la Syrie ?
  • Euh, je ne sais pas
  • Aaaaahhhhh

C’est bien évidemment Damas, une des plus anciennes villes du monde puisqu’elle fut fondée au 5ème millénaire avant le Coronavirus. Ce film initie également à la rhétorique.

  • Alfred : Combien de battements d’aile fait une hirondelle pour se rendre avec une noix de coco
  • Gaston : Ça dépend, une hirondelle d’Europe ou d’Afrique ?
  • Euh je sais pas
  • Aaaahhhhh

Ces noix de coco que l’on entre-cogne pour faire croire que l’on est à cheval, habile stratagème quand on manque de budget.

En fait, je crois qu’avec mes séances à la con, je suis en train de faire de mes enfants de futurs inadaptés des cours de récré, je ne suis donc pas pressé de rentrer, même s’ils se foutent un peu trop souvent de ma gueule.

Alfred : Et à la fin, à la toute fin, Papa nous a dit qu’il était resté 10 minutes après parce qu’il se disait : « Mais non, c’est pas fini comme ça », donc préparez vous à une fin très bizarre

Je suis effectivement resté 10 minutes, seul, dans ce cinéma de la rue de Béthune à Lille en attendant que le film reparte. Mais avec un générique sous-titré en suédois et le slogan:

Le film a côté duquel Ben Hur ressemble à un documentaire

j’aurais dû me douter qu’il y avait anguille sous noix de coco.

Vive le cinéma !

Programmation musicale
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.