Thomas Croisière nous dévoile le top 5 des meilleures parodies de chanson d'amour à l'occasion de la sortie du film "Guy" d'Alex lutz , un docu-fiction sur un vieux chanteur à la croisée d'Herbert Léonard, Serge Lama et Charles Dumont.

Bonjour Charline, quel plaisir de recevoir Pascale Arbillot qui dans Guy d’Alex Lutz, joue le rôle de sa compagne Sophie Ravel, sans doute parce qu’elle porte bien le boléro... de Ravel. 

Guy est un docu-menteur, comprenez un documentaire menteur. 

Avec nostalgie, pas la radio où je finirai probablement ma carrière, mais ce sentiment diffus qui intervient quand le présent n’est pas à la hauteur des promesses du passé, Alex Lutz raconte la carrière de Guy Jamet. 

Personnage fictionné où l’on retrouve du Herbert Leonard, Serge Lama, ou Charles Dumont. Vieux beaux qui font frissonner maman et que l’on écoute avec elle en voiture ou à l’Olympia en matinée en se moquant avec une infinie tendresse.

Personnellement, j’y devine aussi Guy Mardel, représentant français à l’Eurovision en 1965 avec...

Guy Mardel - N’avoue Jamais

Jamais... comme le nom de notre héros, Guy Jamet, personnage qui n’a JAMAIS existé sauf dans ce film tout en postiche et en pastiche qui m’a donné envie de vous proposer un top 5 des meilleures parodies de chansons d’amour. 

Numéro 5

Jean Yanne - Pourquoi m’as tu mordu l’oreille ?

A la manière d’un Charles Aznavour, Jean Yanne nous demande pourquoi m’as-tu mordu l’oreille ? Jean Yanne avait tous les talents, même organiste, et l’on retrouve dans Guy l’ironie de films comme Tout le monde, il est beau, tout le monde il est gentil, mais aussi  son ancienne compagne, Nicole Calfan, formidable en attachée de presse, mais pas que... Q.U.E.U.E 

Numéro 4

Les Charlots - Cet été c’était toi

En pleine période yéyé, les Charlots parodient avec Cet été c’était toi, les tubes de l’été. La discographie des Charlots compte autant de chef-d’oeuvres oubliés que de blagues oubliables. Les Charlots pris, comme Guy Jamet, pour des ringards alors qu’ils ont vendu plus de places de cinéma et de concert que Louis Garrel et Juliette Armanet réunis. Ils sont aussi le seul groupe français avec Téléphone à avoir tourné avec les Rolling Stones et sont donc tout sauf des charlots.

Numéro 3

Gilles Gabriel - Flou de toi 

Alain Chabat et les réalisateurs Nicolas et Bruno incubés comme Alex Lutz par CANAL+ créent dans La Personne aux deux personnes, Gilles Gabriel, un Guy Jamet version eighties tout en coupe mulet et en teddy.  

« Comme un baiser de Robert Doisneau, j’veux qu’on soit beau sur la photo » – Avec 10 ans d’avance, Nicolas et Bruno avaient la vision d’instagram et de la vacuité des photos nichonnées des entêtantes et sans tétons influenceuses de leur cul qui m’habitent.

Numéro 2

Guy Marchand - Destinée

En 1982, Les sous-doués en vacances ont besoin d’une chanson pour un crooner sur le retour. Vladimir Kosma, le génial compositeur du Grand Blond, Rabbi Jacob ou La Boum, a alors l’idée de jouer L’Eté indien à l’envers et ça donne Destinée. Chanson destinée à être une blague et qui finit par vendre 800 000 exemplaires et faire le bonheur des soirées karaoké. Le crooner ringard est incarné par le velu et génial Marchand... Guy... La filiation est évidente.

Numéro 1

Guy Jamet - Dadidou

Et voici Guy Jamet à la manière de Cloclo période Lundi au soleil.  Cloclo que Guy jalouse et dont il dit qu’il chantait dans le nez... et puis il a voulu changer une lampe. 

Guy a maintenant 74 ans et Alex Lutz le compose avec un sens de l’observation affiné et raffiné. Chaque son, chaque image est référencé avec culture et maniaquerie.

Certains trouveront Guy ringard, mais on est toujours le ringard de quelqu’un. L’essentiel est de le rester suffisamment longtemps pour redevenir à la mode. Michel Sardou et Thomas Croisière en sont les preuves vivantes. 

Et puis, comme il est dit dans Guy : de toutes les façons, dans les conversations autour d’une table de fête, on ne sera plus qu’un prénom de plus en plus sans visage. Jusqu’à disparaitre dans la masse anonyme d’une  lointaine génération.

Alors peut être dans 40 ans, quelqu’un réalisera un mockumentaire sur un humoriste qui se sera épuisé à jouer Catherine et Liliane comme un clown triste dans un crique de fortune. Il s’appellera Alex et nous rappellera du haut de ses 74 ans et plus de 50 ans de carrière qu’il faut être pour avoir été.

Alors s’il fait beau ce soir, allez voir Guy, car comme le dit mon desaltère-ego Patrick Chirac : « Pastiche par temps bleu, pastiche délicieux ». 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.