Confiné avec mes deux chefs d’escadrille, je leur propose chaque soir la Séance de Thomas Croisière et hier, c’était..

Y a t’il un pilote dans l’avion des ZAZ ?

ZAZ pour Zucker Abraham Zucker, ces auteurs réalisateurs américains derrière Top Secret, Hot Shots et la série des Y a t-il...

Alfred : Au tout début quand il y avait l’aileron dans les nuages et la musique, ça m’a rappelé Les dents de la mer

Dès l’ouverture, le ton est donné, celui de la parodie. Des Dents de la mer à La Fièvre du samedi soir, tout y passe, en particulier l’univers des films catastrophes très à la mode dans les années 70. Quant à la structure du scénario, elle s’inspire d’une série B de 1957 : A l’heure zéro.

Gaston : Y'a une épidémie dans l’avion, y'a des gens qui crachent des oeufs et en fait tous les malades ils ont mangé du poisson, les conducteurs ils ont mangé du poisson et c’est pour ça que je n’aime pas manger du poisson

Mon fils est donc prescient puisqu’il a vu le film hier et n’aime pas le poisson depuis 7 ans. En revanche, je crois qu’il aime beaucoup les films de gladiateurs et je ne sais quoi en penser.

Alfred : J’ai bien aimé quand le héros racontait sa vie à tout le monde et ils se suicidaient tous. Y en avait un qui se pendait, y en avait un qui se mettait de l’essence dessus et il avait une allumette et après il faisait : « Oh, c’est pas fini », et là : « C’est fini », et là « Oups... Pouffffff »

Ted Striker, le héros, est ennuyeux comme un 44ème jour de confinement et grâce à lui, mes enfants découvrent le comique de répétition. Comique dont usent, re-usent, re-re-usent, re-re-re-usent les auteurs du film qui en usent, re-usent, re-re-usent.

Gaston : A la fin quand l’avion va s’atterrir, on sait pas, y a le docteur qui dit « Bonne chance et bon courage, nous sommes avec vous », la deuxième fois quand ils atterrissent « Bonne chance et bon courage, nous sommes avec vous » et là quand ils sont atterris « Bonne chance et bon courage, nous sommes avec vous »

Réplique parodique ensuite parodiée dans Scary Movie 3, créant ainsi ce qu’on appelle à Marseille, un double-pastiche.

Pastiches délicieux grâce à Leslie Nielsen qui après une carrière dite « sérieuse » dans des films comme Planète Interdite ou L’aventure du Poséidon la voit relancée à 54 ans grâce à son imperturbable vis comica. Leslie, Chief Happiness Officer sur le tournage puisqu’il trimbalait en permanence son coussin péteur, à ne pas confondre avec mon cousin Peter qui lui est anglais.

Gaston : Y a une malade et bien l’hôtesse, elle prend la guitare et elle tape la tête de tous les passagers, boing boing, et après dès qu’elle joue de la guitare, elle pousse et elle coupe le fil pour l’oxygène, donc l’autre il est (grimace)

Alfred : (rire gras)

Ce rire benêt, je l’ai entendu des dizaines de fois à ma plus grande surprise, car la diversité des gags fait que même sans certaines références, ni voyage à Venise, on se gondole. Surtout quand pour regonfler le pilote automatique la cheffe de cabine doit utiliser la pipette qui se trouve sous sa ceinture, comme si c’était un zizi. T’imagines ? Elle souffle dans un zizi !

Gaston : Y aussi à la fin, le pilote automatique, le ballon, avec sa femme qui pousse, le clin d’oeil et tout, j’ai beaucoup aimé. 

Et tu n’es pas le seul puisque le film est considéré comme une des meilleures comédies du XXème siècle et je peux d’ores et déjà vous annoncer qu’elle surclassera 99% de celles du XXIème. Un 2 fut produit, mais sans les auteurs originaux qui préférèrent se concentrer sur la série Police Squad qui donna naissance à la trilogie des Y-a-t-il un flic avec, encore, Leslie Nielsen en imperturbable Lieutenant Franck Drebin dont j’ai hâte de partager les aventures avec mes zazistes.

Vive les parodies et... Vive le cinéma !

  • Légende du visuel principal: Une des nombreuses scène hilarantes du film avec Leslie Nielsen © D.R
Programmation musicale
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.