Jeudi soir, ce ne sont pas les cotillons, les embrassades sous le gui et les résolutions qu’on ne tiendra pas qui manqueront à Thomas Croisière, mais 2 accords de piano...

Les auditeurs les plus vifs de France Inter ont déjà zappé sur France Culture car ils savent que ces 2 accords en appellent 2 autres...

Je demande solennellement aux interistes les plus fragiles de s’éloigner de leur poste pendant les 2 prochaines minutes car ces 2 accords qui s’ajoutent aux 2 précédents, pour en former 4… n’ont rien à envier aux 4 premières notes de la 5ème de Beethoven. Ce mythique « sol sol sol mi » dont Ludwig disait : « Ainsi, le destin frappe à la porte » et là « Toc toc », qui toque à la porte ?, « toc toc »…

Oh, vous savez très bien qui frappe à la porte Carine. L’homme dont on ne peut prononcer le nom sur cette antenne… le Voldemort de Radio France, mais la France, qu’est-ce qu’il en reste ? Et là, il veut nous parler de… 

La terre brulée d’Irlande car Michel

Michel Sardou - qui d’autre ? - trouvait que le synthétiseur du compositeur Jacques Revaud avait un son de cornemuse… 

Oui, trop occupés que vous étiez à beugler « La la la, la la, la la la lala », vous n’aviez jamais remarqué que ce n’étaient pas des cornemuses mais un synthétiseur qui vous emportait dans des transes païennes insensées. 

Ces moments où vous hurlez : « On n’est pas fatigués » et le disc-jockey vous répond : « Vous êtes fatigués », vous lui protestez « On n’est pas fatigués » et lui vous crie « Vous êtes fatigués », vous lui braillez alors « On n’est pas fatigués »… 

Oui, ça peut durer des heures, mais le temps, on s’en fout parce qu’on n’a plus aucune notion de l’heure. Il peut être 4, 5 ou 6 heures, il est l’heure que tu veux, que tu peux, mais on n’est pas fatigués, on veut juste sauter bras dessus bras dessous, sentir les corps et les textiles moites et odorants, et rouler des pelles à des bouches inconnues pour entretenir l’ivresse de l’instant et puis évacuer tous nos emmerdes de l’année dans ce cri primal.

« Là-bas au Connemara, on sait tout le prix du silence… »

Le prix du silence qui nous est imposé jeudi soir parce que même si on n’est pas fatigué la fête est terminée. Bonne année, conne soirée…  Mais n’oubliez jamais que là-bas au Connemara, on dit que la vie, c’est une folie et que la folie, ça se danse… 

Alors danse avec moi, Carine ! « La la la la lalalalalala »… Oui Carine, chante avec moi... « La la la lalalalala »… Il est 9 heures sur France Inter, mais l’heure on s’en fout !  

L'équipe
Thèmes associés