Ce matin, Thomas Croisière remplace François Morel

J’irai au bout de mes rêves

Tout au bout de mes rêves…

Si j’ai choisi Jean-Jacques Goldman pour ouvrir cette chronique Nicolas ce n’est pas parce qu’il fêtait lundi ses 70 ans… 

D’ailleurs, j’attendais fébrilement cette date anniversaire pour découvrir ce que France Inter avait préparé, et quelle fut ma déception à 5h36 quand Aline Afanoukoé a préféré nous parler d’Albin de la Simone et Yael Naïm, parce que franchement, est-ce que ça vaut Jean-Jacques et Céline ? 

J’irai où tu iras, mon pays sera toi

J’irai où tu iras, qu’importe la place…

Évidemment non Nicolas.

Je me suis alors dit que Mathilde Serrel rattraperait le coup à 7h22. 

Et de quoi vous a-t-elle parlé le jour des 70 ans de Jean-Jacques ? 

Du phénomène Lil Nas X qu’elle définit (je cite) « comme une intersection entre la pop culture et les combats de son temps ». 

Super, mais a-t-il écrit un seul ver de…

Je te promets le sel au baiser de ma bouche

Je te promets le miel à ma main qui te touche

C’est beau, hein ?

A 22h, j’espérais me rattraper avec Michka Assayas, le spécialiste des anniversaires.

En effet, il suffit que Michka apprenne la date de la première coloscopie de George Harrison pour nous fourguer un épisode de Very good trip spécial Beatles. 

Et quel thème a-t-il choisi le 11 octobre ? 

Voix et sons du monde entier de Susana Baca à Keyvan Chemirani. Alors, je suis certain qu’elles sont supers ces voix, mais ont-elles seulement chanté…

Il me dit que je suis belle,

Et qu’il n’attendait que moi

Non. Et celle-là aussi, elle est de Jean-Jacques.

Honnêtement Nicolas, le jour de son 70ème anniversaire, le silence éternel des espaces interiens m’effraya, car on parle tout de même de la personnalité préférée des français. 

Mais je ne vous en veux pas car si j’ai choisi J’irai au bout de mes rêves pour ouvrir cette chronique Nicolas, c’est parce que grâce à vous, ce matin, je vais au bout de mes rêves en chroniquant pour la première fois dans le sacro-saint créneau de 8h55. A 45 ans. 

Et cela prouve chers auditeurs que ce n’est pas parce que vous avez plus de 40 ans qu’il faut renoncer à ses rêves.

Souvenez-vous que Morgan Freeman a joué dans son premier film à 43 ans. Si ça se trouve Nicolas, dans 15 ans, vous gagnez un oscar. 

Marcel Proust a commencé à publier La recherche à 42 ans.

Claude Monet a vendu sa première toile plus de 50 francs à 47 ans.

Alain Delon… a attendu ses 52 ans avant d’enregistrer son 2ème 45 tours solo, et franchement, ça valait le coup d’attendre.

Blanc et noir, extérieur nuit, zoom sur la jaguar

Comme au cinéma… 

Oui, celle-là elle n’est pas de Goldman et on sent bien la différence. Un peu comme cette chronique qui n’était pas de François Morel.

En fait, Nicolas Demorand, ce matin, je voulais simplement vous dire merci de m’avoir emmené… 

Tout au bout de mes rêves

Où la raison s’achève

Tout au bout de mes rêeeeeeeeee ves