Il en est pour la vie comme pour les séries télé, de temps en temps rien ne vaut un petit plaisir coupable : Celui du jour s'appelle "Meurtres au Paradis" et il est sur France 2

Meurtres au paradis de Robert Thorogood
Meurtres au paradis de Robert Thorogood © FR_tmdb/Allociné

"Meurtres au Paradis c’est le "bonbon"du lundi soir. Une série un peu pataude, un peu indolente mais terriblement agréable à regarder. Voire addictive. Essayez, vous m’en direz des nouvelles. Ce n’est pas pour me dédouaner mais je ne suis pas le seul à succomber au charme de cette très flegmatique série britannique. 

Plus de quatre millions de téléspectateurs sont au rendez-vous semaine après semaine. 

Ça ne veut rien dire me direz-vous mais moi ça me rassérène d’avoir de temps en temps les mêmes goûts que ma mère. C’est si rare.

Meurtres au paradis se déroule à Sainte Marie une ile des Caraïbes où tout n’est que douceur de vivre et soleil cajoleur

Sauf que derrière le tableau idyllique de ce petit paradis coloré, se tapissent comme il se doit les pires vilénies. A chaque épisode son meurtre et sa kyrielle de suspects. Classique me direz-vous ? Oui sauf que le sel de la série vient de son duo d’enquêteurs constitué depuis le début de la série d’une policière issue de Sainte Marie, toujours perspicace et affûtée et d’un flic britannique brillant investigateur mais qui n’aime que le brouillard, la pluie et le thé de cinq heures. 

De ce décalage naît une cocasserie toujours savoureuse

D’autant que pour la neuvième saison, qui a débuté il y a deux semaines, le commissariat de Sainte-Marie accueille un nouveau commissaire, plus anglais qu’anglais. Une jeune homme un peu sec, légèrement coincé, refusant de tomber la pourtant très dispensable, cravate sous la chaleur des tropiques sans grand sens de l’humour local, hypocondriaque et terrorisé par le moindre insecte volant ou rampant. 

Mais comme ses prédécesseurs, il n’a pas son pareil pour résoudre des énigmes wodunit (qui a fait le coup) tordues avec un goût prononcé pour les crimes en chambre close. 

Meurtres au paradis c’est la série charentaise par excellence, sans surprise mais toujours d’un égal niveau d’écriture. A savourer idéalement avec un doigt de porto. "

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.