Le basket a été inventé en 1891 aux USA... Et dès 1892, les femmes saisissent la balle au bond et se lancent elle aussi dans l'aventure. Les explications de Xavier Mauduit…

Demi-finale féminine de basketball : France contre Russie aux Jeux olympiques de Londres en 2012
Demi-finale féminine de basketball : France contre Russie aux Jeux olympiques de Londres en 2012 © Getty / Christian Petersen

Quand il est question de l’histoire du basketball, il y a premier point à souligner : ce sport est une invention récente, aux États-Unis, en 1891. Deuxième point, très vite le basket a connu un succès fulgurant. Et enfin, troisième point, dès l’origine, les femmes se sont approprié ce sport. Voilà, pour parler basket, il fallait bien un préambule en trois points !

1891 : invention du basketball

La naissance du basketball est bien connue : il a été inventé en décembre 1891 au Springfield College, dans l’État du Massachusetts, au nord-est des États-Unis. Son créateur est un professeur de gymnastique mais aussi un médecin, James Naismith.

Son ambition est simple : il veut un sport qui limite les contacts entre les gaillards, afin d’éviter les blessures et sans doute aussi les innocents frottements… pas de main au panier ! Mais l’on sait moins que ce sport a tout de suite été pratiqué par les femmes. Là aussi, bien sûr, c’est pour éviter les blessures.

Le basket est à peine né qu’il intéresse déjà une professeur de gymnastique. Toujours dans le Massachusetts, Senda Berenson Abbott initie à ses élèves, des filles, à saisir la balle au bond. Voilà, c’est fait : en 1892, pour la première fois, des filles jouent au basket !

Voici une autre professeur de gym : Clara Gregory Baer. Elle est née en Louisiane mais a fait ses études à Boston, Tiens, pas loin de l’endroit où le basket a été inventé. Quand elle découvre l’existence de ce sport, elle est tout de suite charmée. En 1891, l’année de naissance du basket, Clara prend un poste à la Nouvelle-Orléans. Elle enseigne au College Sophie Newcomb, le Newcomb comme on dit là-bas…

À la Nouvelle Orléans, soyons francs, l’éducation physique n’est pas au top : un peu de gymnastique, d’accord, mais pas grand-chose de plus. Et bien justement, c’est pour motiver ces cohortes féminines que Clara a été nommée ici : en 1893, elle organise des matches de basket. Allez les filles, tout le monde sur le terrain !

À la Nouvelle-Orléans, Clara Gregory Baer se dépense sans compter pour développer le sport au Sud des États-Unis. Idéaliste, elle imagine que les matches de basket qu’elle organise avec des jeunes filles vont recevoir un accueil favorable… et bien non ! Les familles trouvent ça trop violent : une balle dans la poitrine, ça peut faire mal. Alors Clara adapte ce sport. Un peu moins de dribbles, un peu moins de balles arrachées… Tout est fait pour que le basket soit praticable par des jeunes filles en robe corsetées. En 1895, elle publie les premières règles du basket féminin. Elle appelle ce sport le "basquette"… écrit à la française, de quoi plaire aux Cajuns !

En 1895 toujours, elle invente un autre sport, tout nouveau, qu’elle appelle le Newcomball, du nom du College où elle enseigne, le cousin ou l’ancêtre du volleyball. Le Newcomball devient lui aussi très populaire, et il est même accepté comme sport universitaire. Concurrencé par le volley, le Newcomball évolue très vite vers un gentil loisir de cours d’école. Clara, quant à elle, enseigne à La Nouvelle-Orléans, à Newcomb, jusqu’à sa retraite en 1929. C’est elle qui a rédigé les règles du basket féminin et elle est la première femme à avoir inventé un sport, le Newcomball : chapeau Madame !

Clara Gregory Baer n’est pas en marge de l’histoire du sport : de son vivant, ses innovations sont très observées et commentées. Elle est un membre actif de l’association américaine pour le sport et l’éducation physique.

Les questions que nous nous posons aujourd’hui étaient les même à la fin du XIXe siècle : nous sommes de plus en plus sédentaires, de plus en plus citadins, alors comment faire travailler nos corps ? Par le sport, mais la pratique sportive, au début du XXe siècle, reste sexuée : hommes et femmes vont sur le terrain, d’accord, mais pas pour les mêmes raisons.

Voilà pourquoi :

  1. pour les hommes le sport est une compétition faite de dépassement de soit, de combat… la gagne !
  2. pour les femmes, il est plutôt question de bonne santé, de gentille camaraderie et de sain loisir… Clara Gregory Baer n’aurait sans doute pas imaginé l’évolution de son sport, du basket féminin donc :
  3. entre une le plaisir de jouer et l’esprit de compétition, vous savez qui l’a emporté… la gagne, en trois points !
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.