Cette fois ça y est. Dans 48h, et après trois ans et demi de feuilleton à rebondissements, le Royaume-Uni va sortir de l’Union Européenne. Beaucoup ont prédit des conséquences néfastes à l’économie britannique. Posons la question dans l'autre sens: et si Londres s'en tirait très bien ? C'est le monde à l'envers.

Boris Johnson avait le cheveu batailleur à la sortie du 10 Downing Street ce 29 janvier
Boris Johnson avait le cheveu batailleur à la sortie du 10 Downing Street ce 29 janvier © AFP / WIktor Szymanowicz / NurPhoto

Boris Johnson s’y entend en formules pompeuses. Il promet donc un « nouvel âge d’or » pour une Grande-Bretagne « global », mondialisée. Et on est tenté d’écouter ça d’une oreille amusée, comme devant un fier à bras qui roule des mécaniques. Mais si c’était vrai ?

D’abord, ne sous-estimons pas l’économie britannique : 5ème économie de la planète, 2ème ou 3ème en Europe selon les secteurs d’activité. Un chômage bas (4%), une consommation des ménages qui tient la route, une dette publique raisonnable (87% du PIB). Et le crash que certains prédisaient n’a pour l’instant pas eu lieu. L’économie britannique s’est déjà en partie préparée au Brexit ces derniers mois.

Et puis surtout, Londres a un atout majeur : c’est une économie de services très développée. 80% de l’économie, c’est le tertiaire. L’incarnation, jusqu’à l’excès, de cette logique, ce sont les services financiers : la City. La 2ème place financière au monde, unique pour son marché de l’assurance et sa bourse des métaux, va continuer d’attirer du monde, beaucoup de monde. A fortiori si elle s’associe aux paradis fiscaux du Commonwealth britannique (les Caïmans, les iles Vierges). Et si elle dérèglemente les bonus des traders, encadrés par l’Europe jusqu’à présent. 

Au-delà de la City, on peut miser sur Londres pour attirer les investissements étrangers des PME, avec une fiscalité basse, un coût du travail limité, des droits sociaux faibles. Le Royaume-Uni va jouer de ses forces, celles du libéralisme et du libre-échange.

40 accords commerciaux à renégocier

Après, le grand défi pour les Britanniques, c’est surtout de signer des accords commerciaux ! Dans le cadre européen, ils bénéficiaient de 40 accords commerciaux avec des pays étrangers. Il faut tout revoir.

Mais là encore, ne les sous-estimons pas. C’est d’ailleurs leur nouveau slogan : 

« We are ready to trade »

Prêts au commerce. Et le commerce, c’est dans la mentalité britannique depuis longtemps, avec l’appui de la langue (l’anglais), l’aide aussi du « soft power » de leurs grandes universités. 

40 accords commerciaux à revoir, oui. Mais ils ont déjà fait la moitié du chemin : c’est signé, par exemple, avec la Suisse, la Corée du Sud, Israël, le Chili, etc. Alors il en reste beaucoup à renégocier. Mais Londres est à pied d’œuvre. Et la priorité, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ne concerne pas les Etats-Unis : trop de désaccords avec Washington, sur la 5G du chinois Huawei, ou sur le poulet au chlore américain.

Non la priorité, c’est l’Asie. Un deal est probable avec le Japon, vieil allié historique. Peut-être avec l’Inde (les liens sont anciens et la patronne de la City y était récemment). Voire avec la Chine, via la porte d’entrée, ex britannique, de Hong Kong. Et puis il y a l’Afrique. La semaine dernière, Boris Johnson avait réuni 20 chefs d’Etat africains pour un sommet conjoint. Un signal révélateur.

Pour le dire autrement : Londres a lancé ses cannes à pêche dans tous les sens pour décrocher des accords commerciaux. Et quand les Britanniques s’y mettent, ils ne font pas les choses à moitié.

Le risque du paradis fiscal de la City

Enfin il y a les relations commerciales avec l’Europe et on se dit que pour le coup, le Royaume-Uni a quand même beaucoup à perdre. C'est évidemment le sujet le plus important. L’Union Européenne, c’est la moitié des débouchés commerciaux britanniques, 700 milliards d’euros par an dans la balance.

L’accord est censé être bouclé d’ici fin 2020. Les négociations vont démarrer dès la semaine prochaine. Londres aurait beaucoup à perdre à une absence d’accord c’est vrai. Mais attention, l’Europe aussi. L’Allemagne a besoin d’exporter ses voitures. La France également. Et pas seulement les voitures. Nous exportons beaucoup plus vers le Royaume-Uni (32 milliards d’euros) que nous n’importons du Royaume-Uni (20 milliards d’euros). Les entreprises françaises sont très implantées outre-Manche.

Reste que l’Union Européenne dispose, d’un levier puissant pour obtenir un accord favorable. Ce levier, c’est tout simplement son marché intérieur, un débouché de 450 millions de consommateurs. Avec un tel levier, l’Europe a les moyens d’être ferme. Et là on voit se dessiner une bizarrerie : une négociation uniquement sur les biens (l’industrie, la pêche) et pas sur les services, en particulier les services financiers.

Alors, je vous l’accorde, les services financiers c’est plus compliqué. Mais les Européens vont devoir se tenir unis et droits dans leurs bottes face à Londres, s’ils veulent éviter de voir naitre à leurs portes un paradis de dérèglementation fiscale, sociale, environnementale. 

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.