Cette semaine l’Institut national d’études démographiques publie un numéro spécial sur la population mondiale, l’occasion de faire le point sur une idée qui s’est imposée comme une évidence dans nos esprits : le nombre d’humains sur la planète va exploser….

La planète est-elle sous la menace d’une "bombe démographique" ?
La planète est-elle sous la menace d’une "bombe démographique" ? © Getty / Victor Spinelli

L’appel à une limitation drastique des naissances hante régulièrement notre imaginaire collectif….

Le film Seven sisters avec Naomie Rapace, sortie en 2017 est la traduction parfaite du vieux fantasme d’un monde confronté à la « Bombe démographique ». Cette expression est tirée du titre d’un ouvrage au succès retentissant : la « Bombe P » (Ppour « population ») sorti en 1968 et écrit par Paul Erlich, un professeur de Stanford… Il prédit que le rythme de la croissance démographique va sans cesse accélérer...Toujours plus d’humains, Toujours plus Vite !!!!

Et il faut dire qu’en 1968, la croissance venait tout juste d’atteindre les 2% par an : du jamais vu ! 

Sauf qu’en réalité, la bombe n’a pas vraiment explosée. La fameuse « bombe démographique » -à peine baptisée- était en fait déjà désamorcée… 

En effet, l’année de publication du livre de Paul Erlich correspond précisément au début de la décélération. Les 2% de croissance démographique de 1968 sont un record absolu ! Depuis, le rythme de croissance n’a cessé de diminuer : 

Aujourd’hui, on estime que chaque seconde sur terre naissent quatre bébés et que chaque seconde, deux personnes meurent. Ce qui correspond à une augmentation de 1% par an de la population… 

Autrement dit : toujours plus d’humains, certes, mais toujours moins vite.

Et ce rythme va-t-il encore diminuer ?

Les experts s’accordent sur des projections pour 2050 -avec une population autour de 9 milliard et demi contre sept virgule sept actuellement-Mais s’ils arrivent à tomber à peu près tous d’accord, c’est parce que la plupart des humains qui vivront d’ici 30 ans sont déjà nés. Les démographes peuvent donc estimer sans trop se tromper le nombre de naissance et de décès dans cet intervalle. 

Mais pour la suite ? C’est beaucoup plus flou 

Tellement flou que l’on peut passer du scénario « de l’explosion démographique » à celui du « déclin total ».

Comme dans le film de Science-fiction Le fils de l’Homme dont le scénario embrasse parfaitement la modèle de la « post-transition démographique…. »

C’est quoi ça ? Petit rappel sur la transition démographique : c’est le modèle énoncé à la fin des années 20 qui décrit un monde dans lequel le taux de fécondité est suffisamment élevé pour assurer le renouvellement des générations ET suffisamment bas pour éviter l’accroissement : ce taux « idéal » est 2,1 bébés par femme ((sachant qu’actuellement nous sommes à 2,4 enfants par femme dans le monde). Voilà pour la transition ; et donc la post -transition, c'est après ….  

En 2100 par exemple ?  

En 2100, du côté des Nations Unis, les démographes estiment que le nombre d’humains sur terre se fixera autour de 11 milliards et n’évoluera plus qu’à la marge. Mais d’autres démographes, membres du prestigieux Institut international d’analyse des systèmes appliqués (basé en Autriche) misent –eux- sur une stabilisation dès 2070 autour de 10 milliards suivi par un déclin LENT mais INELUCTABLE du nombre d’humains sur terre !!

Dans ces projections, le taux de fécondité poursuivra une décroissance SOUS le taux de remplacement… 

Comme cela a déjà eu lieu dans de très la plupart des pays occidentaux (ainsi qu’en Chine). Les experts autrichiens parient donc sur une généralisation du mouvement au reste de la planète… 

(Et il faut savoir que le plus grand fantasme en matière de déclin de la population, c’est indéniablement celui incarné par le Japon… avec une fécondité au environ de 1,4 enfants par femme… Il y a dix ans, un groupe de statisticiens japonais –tout ce qu’il y a de plus sérieux- a poussé le curseur de la population de l’archipel jusqu’au troisième millénaire !!! Et avec les indicateurs de fécondité de l’époque : ils estimaient que la population japonaise allait se diviser par 10 tous les 100 ans : à ce rythme : il n’y aurait donc plus que 1000 japonais en 2800, 100 en 2900. Et dix en l’an 3000 !! )

Mais les projections à long terme sont une sorte de petit jeu qui sert plus à se faire peur… ou à faire réagir… !

Si les états continuent de commander des projections lointaines, c’est dans l’espoir d’influer sur les grandes tendances…  Le rôle des projections démographiques à 100 ans et plus, c’est bien plus de contrecarrer l’avenir…. Que de le prédire ! 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.