2019, c’est l’année du Cochon selon la tradition chinoise. Un signe astrologique, réputé pour son caractère joyeux et enthousiaste censé correspondre à une période de grande prospérité. Sauf que l’astrologie n’est décidément pas une science exacte et tout ne s’est pas déroulé comme prévu surtout pour les cochons !

Peste porcine : peut-on arrêter un virus aux frontières ?
Peste porcine : peut-on arrêter un virus aux frontières ? © Getty / Bloomberg Creative Photos

En cause, la diffusion d’un terrible virus dans les élevages de porc chinois. 

Ce terrible virus  – seul représentant de sa famille : les ASFarviridae - est plus connu sous le nom de Virus de la peste porcine africaine. S’il est absolument sans danger pour l’homme, il est mortel dans plus de 90% des cas pour les cochons d’élevages. Il provoque de la fièvre, une perte d’appétit, des hémorragies et il n’existe aucun traitement et aucun vaccin contre cette maladie. En Chine, c’est l’hécatombe. 

Des mesures de sécurités ont été prises par les autorités mais comme l’élevage reste traditionnel et que les mesures d’hygiène sont difficiles à généraliser : l’abattage massif des porcs infectés et de leur voisins reste largement pratiqué.

Sait-on combien d’animaux ont été abattus cette année ? 

Difficile à dire puisque les autorités chinoises ne sont pas très enclines à la transparence.
Officiellement, la FAO (l’organisation mondiale de l’alimentation) rapporte qu’environ 5 millions d’animaux auraient été abattus en Chine en un an. Certains experts - notamment ceux d’une banque néerlandaise - estiment que ce chiffre est bien plus élevé : jusqu’à sept porcs sur dix auraient déjà disparu à cause de la peste porcine africaine. 

Ce qui marque les experts, c’est la rapidité et l’ampleur de cette flambée de la maladie.

En Asie, le problème ne se limite plus à la Chine, car désormais, le Vietnam, le Laos ou la Thaïlande sont concernés. Tout va donc très vite et très loin, la mondialisation des échanges sert de tremplin au virus.

Déjà dans les années 50 et 60, les échanges commerciaux étaient à l’origine des premières flambées en Europe, bien loin du berceau africain du virus. Doté d’une très grande résistance à la chaleur mais aussi au froid, le virus de le peste porcine peut donc entreprendre de grands voyages bien cachés dans les semelles d’un chauffeur, dans les recoins sales d’un camion, ou d’un bateau.

C'est par bateau que le virus de grippe porcine est arrivé sur le continent européen

En 2014, un bateau en provenance du Mozambique a accosté en Géorgie avec à son bord de reste de graisses porcines contaminées. Le virus de la peste porcine africaine a alors commencé à circuler de l’Est vers ouest de l’Europe et aujourd’hui, il est en Belgique, aux portes de la France.

Il n’y a pas que l’activité humaine qui permet au virus de passer les frontières : il y aussi les sangliers. Ces animaux sont devenus les ennemis publics numéros un pour les éleveurs français, avec des centaines de clôtures électriques tendues à la Frontière Belge. 

Une barrière électrique contre un virus ça fonctionne ?

Combinée à une chasse ciblée dans la zone frontalière, pour l’instant la réponse est « oui ». Si les éleveurs ont si peur de voir des sangliers infectés entrer en France, c’est évidemment la peur d’une contamination directe via un sanglier ou des résidus accidentellement introduits. Heureusement, comme la majorité de la production française se fait sous abris, des mesures de confinements et d’hygiènes devraient limiter les dégâts.

Mais, les éleveurs ont aussi peur de rater une occasion en or...

...qui est la grande conquête du marché chinois ! En effet, les chinois sont aux abois puisqu'ils sont les premiers consommateurs de porc au monde et leur cheptel est décimé.
Déjà, les exportations de l’Europe vers la Chine ont bondi de 20 à 30% ces derniers mois. Mais, leurs fournisseurs doivent garantir qu’il n’y a pas de peste porcine africaine sur leur territoire ! On comprend mieux pourquoi des sangliers libres de passer les frontières inquiètent les éleveurs.

Alors, cette crise de la peste porcine va-t-elle durer longtemps ? 

Tout se joue en ce moment avec des recherches qui s’accélèrent pour trouver des médicaments ou des vaccins.
Mais l’histoire a montré que le virus peut s’installer pendant plus de dix ans dans un pays, comme ce fût le cas en Espagne dans les années 60. Il peut aussi s’installer définitivement comme en Sardaigne où les éleveurs ont dû apprendre à vivre avec ce péril depuis les années 70. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.