Le tourisme est à l’arrêt presque partout dans le monde… sauf dans l’espace ! Elon Musk, fondateur de Tesla et de la société de fusées SpaceX, vient d’annoncer un premier voyage de touristes dans l’espace cet automne. D’autres projets sont en préparation. Le tourisme spatial est il en train de devenir une réalité ?

C’est très probable ! Depuis des années, une poignée d’entrepreneurs investissent des milliards pour nous emmener en balade dans l’espace. Et il semble bien qu’Elon Musk est en train de prendre de vitesse tous ses concurrents. 

L’homme d’affaires annonce un premier vol dans neuf mois. Et pas n’importe quel vol. Quatre personnes prendront place dans Crew Dragon, la même capsule qui achemine depuis quelques mois les astronautes vers la station spatiale ISS. 

Les premiers touristes de l’espace auront le privilège de tourner pendant plusieurs jours autour de la terre dans leur capsule.

C’est de loin le projet le plus abouti, mais aussi le plus ambitieux. Ses concurrents, Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, ou Richard Branson, celui de Virgin, se contenteront de proposer à leurs clients spationautes de goûter aux joies de l’apesanteur pendant quelques heures. Le premier dans une petite fusée de 6 places, le second dans Virgin Galactic qui accueillera huit voyageurs par vol.

La course au tourisme spatial est bien partie pour faire florès, ce qui peut prêter à sourire tant le sujet peut sembler à première vue anecdotique. Or, ce n’est le cas. Jusque-là réservés aux seuls spécialistes, les astronautes ou spationautes, qu’importe leur nom, ces vols touristiques entrouvrent symboliquement l’espace au grand public. 

Le tourisme spatial, c’est le tout-début de la démocratisation de l’accès à l’espace. Une démocratisation certes réservée à des personnes fortunées… On parle de 35 millions de dollars pour le vol dans la fusée de Musk. Quant à Richard Branson, qui revendique 600 réservations, il vend 250 000 dollars son billet pour l’espace. 

Mais en préparant cette chronique, j’ai découvert que le premier billet pour un vol commercial en avion avait été vendu aux enchères pour 400 dollars en 1914, soit un peu plus de 10000 dollars d’aujourd’hui. On le voit, à ses débuts aussi l’aéronautique était accessible aux seules personnes fortunées, avant de se démocratiser et de changer le monde.

Le tourisme spatial finira-t-il par se démocratiser ?

Les prix baisseront et surtout le transport spatial prendra son essor, et pas seulement pour des balades au-dessus de la Terre. La conquête de l’espace est irrémédiablement en train de s’accélérer grâce aux progrès technologiques mais aussi parce que les enjeux sont considérables. 

Ils sont bien sûr politiques. L’affrontement entre les grandes puissances se jouera ou se joue même, dans l’espace. Autour de la terre avec les satellites, sur la lune et demain sur une planète. Elon Musk a d’ores et déjà annoncé une mission habitée pour Mars avant la fin de la décennie. 

L’espace est aussi devenu un enjeu scientifique. La station spatiale internationale est un vrai laboratoire pour les chercheurs et les médecins qui peuvent y faire des expériences impossibles sur terre. 

Enfin, c’est un eldorado économique déjà convoité par les Gafa qui déploient des constellations de satellites autour de la terre, et par une poignée de start-ups qui rêvent de puiser des ressources et des minerais sur des météorites ou sur la lune.

Voilà pourquoi je suis convaincu que ce petit vol dans l’espace à l’automne prochain sera le début d’un grand chapitre de l’histoire de la conquête spatiale.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.