L'industrie automobile se met au low cost électrique, signe de démocratisation annoncée de l’électrique dans le transport.

Les voitures électriques low cost annoncent-elles la démocratisation de ce mode de transport ?
Les voitures électriques low cost annoncent-elles la démocratisation de ce mode de transport ? © Getty / picture alliance

Au salon automobile de Genève, qui a été annulé pour cause de coronavirus

Quid des nouveautés que les constructeurs devaient dévoiler cette semaine sur de magnifiques stands devant la presse mondiale ? Les salons sont en effet les lieux privilégiés pour montrer les innovations et les nouveaux modèles. Et Genève 2020 promettait d’être particulièrement intéressant. 

On le sait même avec certitude car les géants de l’automobile, privés de leur vitrine, ont improvisé les conférences de presse ou les présentations sur Internet. Bref, nous assistons depuis quelques jours au premier salon automobile virtuel.

La grande nouveauté : le lancement de véhicules électriques low cost

Surtout des voitures électriques. Ce n’est pas franchement nouveau, vous me l’accorderez, mais les constructeurs et particulièrement les Français nous ont réservé des surprises intéressantes. La principale à mes yeux, c’est le lancement de véhicules électriques plutôt bon marché. 

Renault a annoncé l’arrivée prochaine d’une Dacia Spring, la première voiture électrique low cost. Produite en Chine, elle sera vendue en France pour environ 15 000 euros prime déduite. Rappelons qu’actuellement les prix des voitures électriques du marché sont rarement inférieurs à 25 000 euros.

Ce lancement est à mes yeux, riche d’enseignements. Il montre qu’il est possible d’abaisser significativement le coût de production de ces motorisations zéro CO2 et marque probablement le début de l’électrique pour tous : les plus aisés disposant d’un large choix qu’il s’agisse des Tesla, des BMW, et des modèles souvent cher proposés par tous les constructeurs. La future Fiat 500 électrique qui vint d’être présentée sera vendue 35 000 euros. 

Les autres, nombreux, peuvent désormais avec la Spring espérer rouler en électrique sans bourse délier.

La multiplication des nouveaux modèles électriques répond-elle vraiment aux attentes des clients ?

Je vous l’accorde, les ventes de voitures électriques sont confidentielles, moins de 2 % des véhicules neufs immatriculés l’an dernier en France. Mais dans le même temps, on le voit tous les jours avec les sujets de consommation, le souci de réduire l’empreinte carbone est une préoccupation qui gagne de plus en plus de citoyens. Les mentalités sont en train de changer. Et en lançant une low cost électrique, Renault participe à la démocratisation des voitures zéro CO2.

Cela dit, il est vrai aussi que la multiplication des offres de véhicules électriques est une réponse au durcissement des normes d’émissions de CO2 imposées par Bruxelles. Rappelons que les constructeurs sont sous le coup d’amendes qui se chiffrent en milliards d’euros dès l’an prochain, s’ils n’abaissent pas drastiquement les émissions moyennes de leur gamme.

Le problème d’autonomie de ces véhicules est-il réglé ?

Ce n’est pas le cas. La Spring de Renault est présentée comme une citadine électrique avec une autonomie de 200 kilomètres, ce qui est plutôt faible. Soyons clairs, la voiture électrique est toujours plus adaptée au cabotage qu’au voyage au long cours. Mais cela pourrait changer. 

General Motors a annoncé pas plus tard que mercredi dernier avoir mis au point une batterie offrant 645 kilomètres d’autonomie. Si le prix est abordable, nul doute que c’est très bon pour le développement de la voiture électrique.

Et puis, il existe une alternative dont on parle de plus en plus : la voiture électrique alimentée par de l’hydrogène. Certains constructeurs, Toyota ou Hyundai en tête, proposent déjà ce type de voiture qui offre une autonomie de plus de 500 kilomètres et sont alimentées en faisant le plein d’hydrogène en 5 minutes.

La révolution électrique ne fait que commencer, mais plus rien ne semble pouvoir l’arrêter.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.