Les chiffres de l’emploi publiés par le ministère du travail montrent un plongeon historique des embauches. La faute évidemment à la crise économique provoquée par la pandémie. Malgré tout, des secteurs résistent et continuent même à recruter. Dans quels domaines a-t-on encore des chances de trouver du travail?

Il y a, en cette fin d’année, de réels motifs d’espoir sur front de l’emploi. Et ce, malgré le choc du premier confinement qui a mis à l’arrêt la quasi-totalité de l’économie. Les chiffres sont, à cette égard, hallucinants. Au deuxième trimestre, les embauches se sont littéralement effondrées de 40% pour les contrats à durée indéterminée et de 50% pour les CDD. Du jamais vu depuis que l’on fait des statistiques sur le sujet. Heureusement, le « bouclier anti-licenciement » mis en place par le gouvernement avec le dispositif du chômage partiel et les prises en charge des pertes d’exploitation a limité la casse. Mais la vraie bonne nouvelle, c’est que, dès la sortie du premier confinement, les embauches sont reparties à la hausse, avec un rebond spectaculaire en juillet. Entre août et septembre, 700.000 jeunes ont été embauchés. Parmi les secteurs qui résistent le mieux, on trouve les secteurs épargnés par les restrictions sanitaires comme le commerce alimentaire, le e-commerce ou encore le BTP.

Mais avec le deuxième confinement décrété le 30 octobre pour un mois, des entreprises vont-elles continuer à embaucher ?

C’est évidemment la grande inconnue, d’autant plus si ce deuxième confinement devait se prolonger. La grande différence avec le premier confinement, c’est que cette fois l’industrie continuent de fonctionner. Les chaînes automobiles par exemple tournent et l’Insee prédit un rebond de la croissance aux 3ème et 4ème trimestre avant que le plan de relance de 100 milliards commence à produire ses effets en 2021. Et puis des secteurs entiers profitent de la période comme c’est le cas pour les géants du e-commerce qui recrutent des saisonniers à tour de bras pour les fêtes de fin d’années.  Au grand dam du petit commerce. Mais il est un fait qu’Amazon ou Cdiscount seront les grands vainqueurs des deux confinements.    

Une sorte d’effet Covid sur le marché de l’emploi 

C’est un exemple mais des labos et des pharmacies embauchent actuellement des centaines d’étudiants en médicine pour réaliser les nouveaux tests antigéniques. Dans le secteur des Ehpad, le leader du secteur Korian a annoncé vouloir embaucher 9000 personnes en CDI d’ici à 2022. C’est un peu macabre mais le groupe OGF, n°1 des services funéraires, lance aussi une vaste campagne de recrutements. Dans la réparation de matériel informatique, la formation à distance, l’intérim, la logistique, des dizaines de milliers d’emplois sont à saisir. Et, pour faire face à l’afflux de nouveaux inscrits, Pôle emploi va recruter 2000 conseillers. Alors, oui on peut affirmer qu’il y a un effet Covid sur l’emploi. Mais au final, l’année 2020 devrait tout même se solder par420.000 chômeurs de plus par rapport à 2019. Petite consolation. C’est beaucoup moins que l’afflux des 800.000  demandeurs d’emploi qui était redouté il y a quelques mois. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.