Le nom est sans doute totalement inconnu des plus de trente ans, mais le réseau social TikTok fait un carton auprès des adolescents.

Personne ne l’avait vu venir, mais en un peu plus d’un an, elle s’est imposée comme la plateforme coqueluche des jeunes qui s’en servent pour partager des petits clips, s’enregistrer en play-back ou monter leurs vidéos créatives. 

Rien ne le dit dans son nom mais l’application est chinoise. Elle concurrence Snapchat ou Instagram, et rassemble plus de 700 millions d’utilisateurs dans 150 pays. 41% de ses utilisateurs sont âgés de 16 à 24 ans, cette génération Z si compliquée à atteindre pour les annonceurs, car elle fuit la télévision et les médias grand public. Et ça vaut de l’or ! Son propriétaire, la société ByteDance, est aujourd’hui valorisée 75 milliards de dollars. C’est la première application chinoise à s’imposer à l’international et elle a même installé son siège à Palo Alto, en Californie. Au cœur de la Silicon Valley.

Mais cette croissance fulgurante ne se fait apparemment pas sans heurts. Les dirigeants de TikTok mettent l’accent sur la protection de la vie privée des utilisateurs ou la lutte contre le cyberharcèlement : pour recevoir un message, il faut que chacun ait demandé l’autre en ami et accepté de recevoir des messages. Il est possible d’interdire les commentaires sous une publication ou de faire taire les hashtags qui déplaisent… Toutes ces bonnes intentions n’ont pas suffi : TikTok est accusé de siphonner les données personnelles par les autorités américaines. Et à la suite des révélations de la presse américaine, TikTok a reconnu qu’elle avait bien été utilisée par Daech pour faire sa propagande. Mais la société a expliqué qu’elle avait fait le ménage en fermant une dizaine de comptes aux contenus liés à l’Etat islamique.

Mais il en faut apparemment plus pour ébranler les dirigeants de TikTok, car l’application a déjà su se rendre indispensable pour des millions de jeunes dans le monde. Son interface est plus moderne que celle d’Instagram et son utilisation, plus intuitive. Les vidéos peuvent s’accompagner d’un extrait musical de 30 secondes - des chansons très populaires dont les droits ont été négociés à l’avance par TikTok. Et l’appli a déjà ses vedettes aux profils très variés. En France par exemple, l’influenceuse Camille Te Signe s’en sert pour partager sa connaissance de la langue des signes. La nouvelle star du PSG, Abdou Diallo l’utilise pour communiquer avec ses fans. TikTok doit désormais régler un problème tout simple : gagner de l’argent. Pas simple avec cette génération Z très hostile à la publicité.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.