Il s’appelle Brut. et c’est un énorme succès.

La nouvelle est toute fraîche : Brut. a été reconnu comme le numéro  un des médias sociaux en Europe par la société Tubular, c’est le  spécialiste des mesures d’audiences sur Internet. Brut. affiche 39 millions de spectateurs uniques mensuels, c’est deux fois plus que la  BBC. C’est la consécration pour ce support qui bat des records  d’audience depuis le premier confinement. Sa recette repose sur des  vidéos courtes, de l’info brute sans commentaire, mais avec des  sous-titres pour les lire sans le son sur son smartphone, sans déranger  tout le monde.  

Il cible en priorité les jeunes générations. Et  pourtant Brut est souvent décrite comme « une start-up de vieux ». Elle a  été fondée en 2016 par Renaud Le Van Kim, producteur de télé, ancien de  Canal qui s’est entouré de deux hommes dotés d’une longue expérience  en télé, notamment sont vieux complice Guillaume Lacroix qui dirige la  rédaction. L’idée de Brut lui est venu en regardant ses enfants, jeunes  adultes, scroller sur leur portable et lire Apple News. Il en arrive à  ce constat simple : cette génération Z ne regarde plus la télévision, lit peu la presse, mais cherche pourtant à s’informer. 

Et pourtant le projet a bien failli mourir… 

Brut a été lancé avec 1 million d’euros de fonds propres et un bureau à la  Cité du cinéma de Luc Besson, un vieux camarade. Quatre mois plus tard,  la trésorerie s’est évanouie. Bienvenue dans l’univers  impitoyable des start-up.

Un jour, alors qu’il roule dans Paris, il reçoit l’appel d’un autre ami, Xavier Niel. Le fondateur de Free s’intéresse à ce nouveau média que ses enfants regardent. Et Niel lui  donne un conseil : « Avec ce média, il faut que tu sois partout dès le  départ, surtout aux États-Unis. » Le conseil est suivi à la lettre. Brut. réalise une levée de fonds de 10 millions d’euros en 2018, une autre de 36 millions l’année suivante pour se  développer aux États-Unis, au Japon, en Espagne, au Mexique et en Inde. La somme permet aussi d’embaucher des commerciaux et de passer l’effectif à 150 salariés.

Il y a parfois des pubs au milieu des vidéos, mais le modèle économique repose sur le brand content, le savoir-faire de Brut., destiné à des marques qui modernisent leur communication. Il a noué un partenariat avec Facebook et produit des formats courts pour France Télévisions.

Et Renaud Le Van Kim veut continuer à disrupter le monde des médias… 

La nouvelle est toute fraîche : Brut. a été reconnu comme le numéro un des médias sociaux en Europe par la société Tubular, le spécialiste des mesures d’audiences sur Internet. Brut. affiche 39  millions de spectateurs uniques mensuels, c’est deux fois plus que la  BBC.

C’est la consécration pour ce support qui bat des records d’audience depuis le premier confinement. Sa recette repose sur des vidéos courtes, de l’info brute sans commentaire, mais avec des  sous-titres pour les lire sans le son sur son smartphone, sans déranger tout le monde.  

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.