Les catalogues publicitaires qui envahissent nos boîtes aux lettres sont un des sujets de la loi Climat, qui arrive en mars à l’Assemblée nationale.

Les prospectus publicitaires seront-ils bientôt bannis de nos boîtes aux lettres ?
Les prospectus publicitaires seront-ils bientôt bannis de nos boîtes aux lettres ? © AFP / Jean-Luc Flémal / Belga

En moyenne, tous les ans, 40 kg de prospectus sont distribués à chaque Français. Or seulement 13% sont vraiment décortiqués. Cela fait un sacré gâchis de papier. L’idée est donc de lancer une expérience :  sur un territoire encore à définir, la diffusion de ces tracts commerciaux sera interdite, sauf si les consommateurs les réclament. Aujourd’hui, si vous ne souhaitez pas recevoir de prospectus, il vous suffit de poser un autocollant « stop pub » sur votre boîte aux lettres. Et bien avec le test, la logique sera inversée, il faudra poser un autocollant "Oui pub" pour en avoir.

Pourquoi juste un test ? Ne pourrait-on pas les interdire partout ?

C’est trop tôt, parce que les consommateurs en sont encore friands, surtout en cette période de crise. Selon un récent sondage, plus de la moitié des Français les jugent toujours utiles, une proportion qui monte à 63% chez les ouvriers et les employés. Or, on n’a pas encore trouvé mieux que les prospectus pour faire la pub des promos et des bons plans pouvoir d’achat.  Il y a des applis sur smartphone, les enseignes misent sur le numérique aussi, mais ça ne peut pas encore remplacer le papier. 

Pourtant ces prospectus coûtent cher aux enseignes…

Vous avez raison, on ne connaît pas les chiffres exacts, mais on parle de 50 à 80% de leur budget communication. Et à part quelques-unes qui les ont bannies comme Monoprix ou Ikea, elles ne peuvent pas s’en passer. Car cela génère en moyenne entre 5% et 15% du trafic en magasin et apporte 13% de chiffre d’affaires en plus. Bref, le retour sur investissement est largement à la hauteur pour elles.

Mais il va quand même falloir réduire la voilure ! On ne peut pas continuer à distribuer des dizaines de millions de prospectus qui finissent à la poubelle. 

Les enseignes en ont conscience. Prenons King jouet, qui édite neuf millions de catalogues par an. C’est essentiel pour son activité, les enfants ont toujours envie de les éplucher pour choisir leur cadeau. Mais plutôt que de les envoyer à l’aveugle, la direction réfléchit à les adresser aux clients qui sont réellement intéressés, par exemple à ceux qui en feraient la demande. Ce serait plus vertueux sur un plan écologique, mais pas forcément plus rentable. Parce qu’il faudrait alors des enveloppes, des timbres, écrire les adresses … King jouet a fait ses calculs : avec cette méthode, si elle envoyait seulement deux millions de catalogues à Noël, cela lui coûterait autant que les six millions qu’elle met chaque fin d’année dans les boîtes aux lettres. 

Vous avez compris, la fin des prospectus n’est pas pour demain, mais les supprimer, c’est quand même le sens de l’Histoire, un peu comme les sacs plastiques distribués en caisse. On ne pensait pas qu’on pourrait faire autrement. Et finalement, aujourd’hui, plus aucun magasin n’en distribue. Et cela ne nous empêche pas de faire nos courses.

L'équipe