On parle ce matin du projet de budget présenté hier en Conseil des ministres et, notamment, d’une mesure qui avait fait beaucoup de bruit en son temps : la fameuse « taxe yacht ». Votée fin 2017, elle a tourné au fiasco puisqu’elle a rapporté cette année moins de 300.000 €, très loin des 10 millions attendus.

Une taxe symbolique

Bien sûr, les montants en jeu ne sont qu’une goutte d’eau rapportés aux 300 milliards de recettes fiscales encaissées chaque année par l’Etat. Mais cette « taxe yacht » est, ô combien, symbolique puisqu’elle avait été votée à la hâte pour calmer la grogne soulevée dans le pays par la suppression de l’impôt sur la fortune et en finir avec l’étiquette de président des riches accolée à Emmanuel Macron. Oui mais voilà deux ans plus tard, le compte n’y est pas et la taxe n’a rapporté qu’une misère.  

Comment expliquer ce véritable naufrage fiscal ?

Un homme a voulu en avoir le cœur net, c’est le député LREM Joël Giraud, auteur de l’amendement sur la taxe Yacht. En tant que rapporteur général du budget, il a ordonné une perquisition des Douanes chargées de récolter la fameuse taxe. Et là, il a découvert une chose incroyable : alors que les yachts amarrés à Antibes ou Saint-Tropez se comptent par dizaines, il n’y a officiellement que 7 navires de luxe – un Français et six étrangers – redevables de la taxe. Et un seul propriétaire s’est à ce jour signalé au fisc, c’est Vincent Bolloré. C’est sur son Yacht, le Paloma, que Nicolas Sarkozy avait embarqué après sa victoire à l’élection présidentielle en 2007. Mais il y a pire. 

Notre député s’est rendu compte que rien n’avait été fait pour faire payer sa taxe. Le gouvernement n’a donné aucune instruction et les Douanes n’ont procédé à aucune inspection. De leur côté, les ports de plaisance ont déployé un lobbying discret pour qu’on laisse leurs riches clients en paix de crainte de les voir fuit à Jersey, Monaco ou Malte. 

Que va-t-il advenir de cette taxe dans le projet de budget 2020 que les députés vont examiner ?

Le ministre des comptes publics Gérald Darmanin a promis qu’elle serait reconduite et qu’il ferait tout pour que cette fois les sous rentrent dans la caisse. Dont acte. On suivra cette affaire d’autant plus attentivement que les 10 millions d’euros espérés doivent aller, figurez-vous, à la Société nationale de sauvetage en mer et que ce serait bien que la SNSM voit enfin la couleur de cet argent.  

Programmation musicale
  • Francois And The Atlas Mountains
    Francois And The Atlas MountainsLa véritéLabel : DOMINO2013
L'équipe
  • Marc LomazziRédacteur en chef adjoint au Parisien Aujourd’hui en France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.