«Un matin, mon papa a fait apparaître un grand tableau vierge qu'il avait soigneusement caché dans la maison. Il connaît sa maison plus que quiconque au monde, mon papa. Il a donc sorti son tableau avec des pinceaux et des boîtes de peinture. Il s'est installé dans la rue, devant notre maison. Il s'est mis à crayonner, à peindre. Il avait presque les yeux fermés. Les gens qui passaient s'arrêtaient pour le regarder comme on regarde un animal sauvage au zoo, qui tourne en rond dans sa cage en fer, qui rugit en vain sa colère. Même moi qui suis son fils, je ne comprends rien à ce qu'il était en train de dessiner. Il a travaillé toute une journée ainsi. C'est à la nuit tombante que j'ai vu enfin surgir de ses pinceaux un vieux cocho n...»

On est au Mali , dans un sanglant bouillon d'intolérance, sous la férule des islamistes conduits par le calife Mabu Maba dit Fieffé Ranson Kattar Ibn Ahmad Almorbidonne, et aux prises avec la férocité des gamins imams. Un artiste peintre, par ailleurs ancien condisciple du faux calife, est pris dans les nasses de l'obscurantisme. On détruit sa famille, on détruit son atelier, ses tableaux et ses sculptures partent en fumée. Seule lui reste encore sa tête pleine d'ironie pour tenir tête aux envahisseurs, inoubliable figure de notre époque plombée de fanatismes, père à la fierté frêle et ulcérée, artiste à l'humour ravageur, homme à la dignité désemparée et exemplaire... C'est un enfant qui raconte.

Romancier, poète, nouvelliste et conteur, Ousmane Diarra est également bibliothécaire à l'Institut Français du Mali. La route des clameurs est son 3ème roman.

__

Pour gagner un exemplaire de ce roman, répondez à la question posée en fin d'émission en nous envoyant un mail à l'adresse suivante : afriqueenchantee@radiofrance.com

Les liens

Destination djihad // Courrier International

Mali: IBK un an après, quel bilan? Il y a un an jour pour jour, le 4 septembre 2013, lbrahim Boubacar Keïta prêtait serment et devenait officiellement le nouveau président malien. Son élection avait suscité énormément d'espoir après une période de grandes difficultés pour les Maliens. Le pays avait connu un coup d'Etat, puis avait été divisé en deux, sa moitié nord étant contrôlée par des mouvements jihadistes. Un an plus tard, premier bilan.

Djihad: vers une mobilisation générale Ecoutez la série d'émissions Culturesmonde de Florian Delormes (France Culture)

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.