Ce nom, Takamba, fait allusion à un instrument à cordes, la guitare takamba. Un instrument que l’on appelle aussi ngoni et que le poète et musicien réunionnais Alain Peters avait toujours sur lui. Avant de nous quitter en 1995, Alain Peters fut l’un des précurseurs du maloya électrique. Et c’est qui, entre autres, fait de lui un artiste emblème de la démarche du label Takamba : à la fois porteur de la tradition et tourné vers l’avenir. Car si le label a été créé en 1997, c’est pour conserver et valoriser le patrimoine musical des îles du Sud-Ouest de l'Océan Indien : La Réunion mais aussi Mayotte, Rodrigues, les Chagos, les Seychelles et Maurice. C’est pas petit ! C’est même un travail de longue haleine qui, en 16 ans, a permis au label Takamba de restituer les œuvres d’artistes disparus ou oubliés des circuits commerciaux mais qui ont marqué l’histoire de nos régions...

Les liens

En savoir plus sur le label Takamba

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.