La chronique environnement avec ce matin une icône presque centenaire : le rédacteur scientifique, écrivain et naturaliste britannique David Attenborough (dont la voix est l’une des marques de fabrique).

Sir David Attenborough, icône de radio presque centenaire
Sir David Attenborough, icône de radio presque centenaire © AFP / SHAUN CURRY

Voix de radio il le dit, mais surtout voix, et producteur, d’une centaine de documentaires animaliers télévisés et cultissimes en Angleterre où il partage avec la Reine, qui l’a anobli en 1985, le statut de pré-boomers les plus cools de leur génération. Iconiques vous l’avez dit, ils sont d’ailleurs presque jumeaux : Elisabeth II est née le 21 avril 1926, lui le 8 mai 1926, il y a 95 ans donc… 

Sir David Attenborough est la star des naturalistes, « irremplaçable » titre même un article britannique. 

L’extrait que vous avez entendu en début de chronique date de septembre dernier, une vidéo postée sur le compte Instagram qu’il venait d’ouvrir, détrônant au passage l’actrice Jennifer Aniston pour le record des compteurs affolés avec un million d’abonnés en à peine 4h44. 

Que lui vaut cet immense succès ?

Son talent de rendre la biologie accessible à tous, en racontant le monde et, dit-il, les « merveilles » qu’il y trouve où qu’il soit. 

David Attenborough a toujours été persuadé que rien n’était plus important que de comprendre comment fonctionne le monde naturel. Si bien qu’il enfourchait son vélo à 11 ans pour partir explorer la campagne autour de Leicester où il a grandi, fasciné par les ammonites qu’il trouvait. 

Un diplôme de Cambridge en sciences de la nature plus tard, voici le blond aux yeux bleus qui se retrouve à suivre des chercheurs dans la jungle puis sur le plateau de la BBC à présenter pythons, pangolins, et autres animaux sauvages, avant de continuer d’explorer la Terre seul avec un caméraman. 

Son émission phare, Life on Earth à la fin des années 1970 aurait été vue par plus de 500 millions de personnes. En parka sur la banquise, en combinaison de plongée, ou en pleine savane avec un pantalon beige et une chemise bleue impeccable. So british

Est-ce qu’il a de l’influence, David Attenborough ?

Tellement que, comble du chic, il s’est  permis d’arrêter d’utiliser son Instagram en novembre, et répondait juste avant aux enfants de Kate et William… Il a aussi été reçu par Barack Obama. Greta Thunberg est allée le voir chez lui à Londres. Netflix diffuse son dernier documentaire, qui alerte, comme il le fait depuis des années, sur l’état de la biodiversité… Un navire polaire porte son nom, le « Sir David Attenborough », comme une vingtaine d’espèces figurez-vous ! Une araignée, par exemple (il adore les araignées), Prethopalpus attenboroughi, un mollusque très rare, Attenborougharion rubicundus, mais aussi un papillon, un lézard, un poisson, une sauterelle et même un dinosaure ! 

En tout cas le vrai est toujours là, lui. 

L'équipe