Un étrange phénomène apparait depuis quelques années dans la savane d’Afrique de l’Est : on voit des zèbres avec de grandes taches noires… d’autres avec des rayures décolorées et déformées sur un pelage doré… Bizarre, bizarre !

Les rayures des zèbres
Les rayures des zèbres © Getty / VW Pics

Et vous conviendrez qu’en entendant le mot zèbre, on visualise tous les rayures noires et blanches de celui que les grecs antiques appelaient « hippotigris », le cheval-tigre, ou, pour la version swahili, « punda milia », l’âne rayé… 

Mais un étrange phénomène apparait depuis quelques années dans la savane d’Afrique de l’Est : on voit des zèbres avec de grandes taches noires… d’autres avec des rayures décolorées et déformées sur un pelage doré… On a vu aussi au Kenya un zébreau à la robe toute noire, avec de toutes petites taches blanches. 

Bizarre, bizarre ! Car même si le pelage de chaque zèbre sur Terre est unique, ceux-là sont vraiment trop différents du phénotype habituel, à savoir la trentaine de rayures noires et blanches.

Que leur arrive-t-il alors à ces pauvres zèbres ?

Et bien une biologiste américaine, Brenda Larison, qui étudie précisément l’évolution des rayures des zèbres à l’université de Los Angeles - sacré métier - Brenda Larison a fait des analyses après avoir compté en Ouganda 5% d’individus d’une même population présentant une anomalie.

Elle a travaillé sur des zèbres de 9 régions différentes, avant de confirmer qu’il s’agissait bien de mutations génétiques, ciblant la mélanine, pigment naturel bien connu. Et ce qui provoque cette mutation, c’est encore nous, les humains ! 

De façon indirecte mais vous allez comprendre : la construction de routes, les clôtures, les activités fragmentent l’habitat des zèbres… Ils se retrouvent parqués en quelque sorte, répartis sur de petites surfaces, qui ne communiquent pas.

Résultat : les troupeaux ne se mélangent plus… Résultat : consanguinité… Pas assez de brassage génétique, et ces étranges rayures, ces zèbres mutants en sont une preuve pour la biologiste. 

Et c’est un problème, parce que la survie d’une espèce dépend de ce mélange. Alors ces zèbres des plaines ne sont pas les plus menacés, il y en a 500.000 de l’Ethiopie à l’Afrique du Sud, mais ils ont tout de même déjà perdu 25% de leur population depuis 2002, ça vaut donc le coup de se pencher sur cet inquiétant phénomène. 

>> CONSULTER L'ÉTUDE de Brenda Larison (en anglais)

Et est-ce qu'il apporte des éléments supplémentaires sur l'origine des rayures chez les zèbres ?

Cette question qui a turlupiné même Darwin ou le mathématicien Alan Turing ! Non pour cette étude-là, mais je rappelle que les trois grandes hypothèses, à savoir : 

  • un camouflage pour échapper aux prédateurs, 
  • une façon de se faire reconnaitre dans un groupe, 
  • ou un moyen de réguler la température

Trois hypothèses qui ont été détrônées l'an dernier par celle qui parait aujourd'hui la plus probable : des rayures contre les piqures de taons ou de mouches, qui perdraient tous leurs repères au moment d'atterrir entre le noir et le blanc ! 

Nature mystérieuse mais toujours bien faite !

L'équipe