Et mêmes nos fenêtres pour ceux qui n'ont pas la chance d’avoir un petit bout d’extérieur en ville…

Fleurs ou légumes (voire les deux) : végétalisez vos balcons et rebords de fenêtres
Fleurs ou légumes (voire les deux) : végétalisez vos balcons et rebords de fenêtres © Getty

Vous savez que depuis le 1er confinement, nous sommes plus d’un à s’être senti pousser une âme de jardinier. Par ici le terreau, je vais te transformer ce bout de béton en paradis végétal qui va même me permettre de m’auto-fournir en légumes et d’impressionner les copains – sur Instagram, bien sûr – avec toutes ces couleurs. Bon je m’emballe. Car verdir son balcon ne s’improvise pas, et j’ai donc décidé de vous donner quelques conseils, non pas que j’ai changé de métier mais parce que j’ai reçu une petit guide très bien fait de l’association de protection de l’environnement Humanité et Biodiversité, donc je suis sympa je partage !

Alors d’abord les règles fondamentales, retenez-les : 

  • 1. On diversifie les espèces, 
  • 2. On n’oublie pas la verticalité. 
  • 3. On s’adapte aux saisons et à sa région, et pour ce dernier point il y a les pépiniéristes, les jardineries, qui sont ouvertes, et plein d’applis et du tutos sur internet.

Pour le premier point, on mélange donc les espèces : des fleurs bien sûr, n’oubliez pas qu’il y a autre chose que le géranium dans la vie… bonjour les pensées, les tulipes, jonquilles, la lavande, et tant d’autres… Des plantes aromatiques aussi, des arbustes, sans oublier des plantes grimpantes, du chèvrefeuille tiens ça sent bon, car on arrive au 2ème point : la verticalité, pour que les plantes se protègent entre elles, et créer un quasi microsystème forestier, en tout cas un milieu où abeilles, papillons, coccinelles, oiseaux et plein d’autres membres du club de la biodiversité vont s’en donner à cœur joie, oui, même sur une petite surface. Attention par contre pas d’eau stagnante pour les moustiques.

Et un potager sur un balcon, c’est possible ! 

Avec de grands bacs si possible, en sachant qu’un balcon est censé supporter 350kg au mètre carré. Mais au-delà de la classique tomate, les salades, les courgettes, les poivrons, ça se tente ! Les fruits aussi, un framboisier par exemple. Le tout de préférence à partir du 3ème étage, c’est mieux par rapport à la pollution. J’ajoute que le marc de café, les restes de thé, les épluchures de champignons et même les coquilles d’œuf (pour le calcium), peuvent être mis dans les plantes, et que vous pouvez également penser à une « zone de libre évolution » : une jardinière avec juste de la terre qui sera squattée par qui veut, à vous d’observer ce qui se passe… 

Patience, humilité, fierté et détente seraient les maitres-mots du jardinage, où qu’il soit, il contribuerait à notre sagesse. Alors à vous de jouer, jeune padawan vert.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.