Où Camille est-elle allée chercher cette histoire ? Tout commence il y a quelques jours dans le canal de Suez, l’embouteillage gigantesque de porte-conteneurs. Savez-vous que 220 millions de ces boites en fer empilées comme des legos sont transportées chaque année à travers les océans ?

Comprendre les conséquences des containers tombés des bateaux avec l'épopée maritime des canards en plastique
Comprendre les conséquences des containers tombés des bateaux avec l'épopée maritime des canards en plastique © Getty / Justin Lewis

Une partie d’entre elles… fait plouf ?

3000 conteneurs tombés à l’eau cet hiver par exemple, et ça pourrait aller jusqu’à 10 000 par an d’après certaines associations… Infime, certes, à côté du volume global, mais tout de même ! 

Avec, à l’intérieur des batteries, des meubles, des baskets, 60 000 paires de Nike dans les années 90, des bulldozers aussi, oui c’est arrivé, de l’acide sulfurique, des explosifs et – j’y arrive – des canards en plastique ! 

Qui flottent donc au milieu des vagues ?

Oui ça change du bain, n’est-ce pas… Histoire incroyable que j’ai repêchée en me renseignant sur ces conteneurs à la mer : 29 000 canards – jaunes, soyons précis - partis de Hong-Kong en janvier 92, direction les Etats-Unis, tombés par-dessus bord dans le Pacifique, et expulsés de leur boite de conserve géante, avant que leur emballage ne se dégrade lui aussi. 

Voici une armada de "flotteurs sympas", leur surnom, déployée sur le globe. Et vite dispersée : on a retrouvé des canards d’abord en Alaska, six mois plus tard, puis à Hawaï, en Australie, sur les rives chiliennes, et même gelés dans la glace arctique. Sacré périple. 

Tout est raconté dans un livre au titre magique : Moby Duck… C’est Curtis Ebbesmeyer, océanographe américain, qui les a traqués, répertoriés… et utilisés, pour en connaitre davantage sur le parcours des courants de surface, les courants océaniques étant cruciaux pour réguler la température donc notre climat… Aussi polluants soient tous ces objets flottants plus ou moins identifiés, tous les moyens sont bons ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les canards en plastique peuvent-être des outils sérieux pour étudier les courants ?

En tout cas, confirmer certains chemins – on a pu même parfois anticiper où on en retrouverait – et la complexité de l’activité tourbillonnaire des océans, avec par exemple le gyre sub-tropical du Pacifique nord, énorme tourbillon où se trouverait aussi le fameux continent de plastique, dont il faudrait à peu près 3 ans pour faire le tour… 

Et puis disons-le c’est un moyen cocasse pour parler de l’importance des courants et de cette pollution… Dans le genre vintage, on a aussi retrouvé en Bretagne des téléphones orange à l’effigie du chat Garfield… Echappés eux-aussi d’un conteneur, dans les années 80 ! 

L'équipe