Le diamant mandarin est un formidable petit oiseau que j’avais envie de vous présenter, parce qu’il ne se passe pas un mois ou presque sans qu’on parle de lui.

Le diamant mandarin, un oiseau intelligent
Le diamant mandarin, un oiseau intelligent © Getty / Joel Nicholl Photography / 500px

Dernier exemple : la semaine dernière, une étude qui prouve à quel point la pollution sonore, et le trafic routier en particulier, nuit à l’intelligence des animaux : ils ne réfléchissent pas aussi bien que dans une ambiance plus calme. Et qui a permis aux scientifiques d’arriver à leur conclusion ? 

Le diamant mandarin, trésor des laboratoires sur lequel les chercheurs adorent s’appuyer, parce qu’il se reproduit vite et bien, mais surtout en raison de ses étonnantes capacités cognitives sous son plumage blanc et gris, ses petites joues orange et son bec rouge vif. 

De quelles étonnantes capacités cognitives parlez-vous ?

Ces petits chanteurs venus du centre de l’Australie savent non seulement imiter les sons produits par leurs congénères comme la moitié des espèces d’oiseaux, mais ils peuvent aussi reconnaitre la voix de plus de 40 de leurs semblables, et les mémoriser, pendant 1 mois. Et là ils sont les seuls à en être capables, à part nous, humains… 

Les diamants mandarins ont aussi une faculté à mettre en place un langage propre au moment de la naissance des petits, une négociation pour savoir comment va s’organiser le relai toutes les 30minutes pour couver les œufs et se nourrir. Et une faculté pour se parler en groupe, car ils ne vivent qu’en colonies d’une cinquantaine ou centaine d’individus, avec des chants de séduction, et d’autres pour s’appeler si l’un est perdu, ça donnerait une sorte de "Hey Nicolas on est par ici !". Un cerveau "hautement adapté pour une communication sociale sophistiquée" d’après les scientifiques, cerveau qui présente des similitudes avec le nôtre, en ce qui concerne la perception et l’interprétation des sons… 

Donc il peut aussi nous aider à en apprendre sur nous ?

Exactement ! De nouvelles pistes de recherches s’ouvrent pour mieux comprendre les troubles du langage, mieux cibler les gênes de la parole et pour mieux décrypter aussi comment un bébé humain apprend à parler. La mémorisation des sons se fait dans la même région du cerveau, les neurobiologistes peuvent donc explorer tous les mécanismes. On a ainsi déjà montré, chez le diamant mandarin, que l’oisillon se repasse les chants appris la journée pendant qu’il dort… Un son qu’il ne met que 2 jours à reproduire après l’avoir entendu seulement 2 fois 28 secondes… Et c’est plus efficace quand le modèle vient d’un vrai oiseau plutôt que d’un enregistrement… comme celui-ci.

Vous ne pensiez pas quand même pas que j’allais vous quitter sans vous faire entendre ce passionnant Taeniopygia guttata, nom scientifique du diamant mandarin.

L'équipe
Thèmes associés