Une géante, doyenne de son village, que l’on retrouve jusque sur le blason… 37 mètres de haut, et 11 de circonférence.

La Pouplie, on en parle au féminin, mais c’est un arbre, un exceptionnel peuplier noir, « pouplier » en patois de la Champagne où il a poussé il y a au moins 2 siècles, dit le petit panneau. La Pouplie règne en plein milieu de Boult-sur-Suippe, 1700 habitants, les bouquins et bouquines, dont Amandine Polet, qui a grandi 37 ans à proximité de ce géant végétal, et vient tout simplement de le sauver ! 

Ah bon mais que lui est-il arrivé à cette Pouplie ?

La menace du couic ! A deux doigts d’être coupée, abattue, après avoir été touchée par des feux d’artifice le 14 juillet 2018. Le propriétaire du terrain et le maire préféraient s’en débarrasser pour éviter tout risque (et rendre la parcelle constructible au passage), mais c’était sans compter sur la mobilisation de la jeune femme pour sa Pouplie chérie. Après la venue des techniciens de l’ONF (l'office national des forets), et le constat que le peuplier était robuste et pas prêt de s’effondrer, Amandine l’inscrit confinée en mars dernier au concours de l’Arbre de l’année, en racontant partout son histoire, le chant de ses feuilles, ou comment il servit de mirador aux soldats français pendant la 1ère guerre mondiale… Et voici l'imposante Pouplie désignée prix du public il y a quelques jours ! Et ce n’est pas tout Nicolas ! Elle parvient aussi à lui faire attribuer le label « arbre remarquable », qui lui permet normalement de garder les tronçonneuses à distance…

Pourquoi dites-vous « normalement » ?

Parce que ce label n’a aucun valeur juridique, mais en le recevant, le propriétaire s’engage à préserver son arbre. Et avec toutes ces aventures, le propriétaire aujourd’hui c’est la mairie, qui a échangé un de ses terrains avec le premier (petits arrangements pour Pouplie)… Le peuplier fait désormais partie du gratin français des arbres, un club d’environ 700, où on trouve par exemple le majestueux chêne d’Allouville en Normandie, tellement grand et creux qu’il y a 1 escalier et 2 chapelles à l’intérieur ! Des platanes de Gien, sauvés face à un projet de parking… Ou l’olivier de Roquebrune Cap Martin, la vedette du haut de ses 2000 ans… Vieux mais vivants, bien + que des objets ou du mobilier comme le considère pourtant la loi qui n’a pas bougé depuis 1804 et Napoléon. La Pouplie est désormais représentante de la France au concours de l’arbre européen, mais devancée il lui manque 10.000 voix pour rejoindre le haut du tableau aux côtés d'un impressionnant chêne vert espagnol, d'un tilleul polonais ou d'un platane italien. On n'est pas loin de l'eurovision ! Alors on vote sur treeoftheyear.org jusqu’à la fin du mois. Cette bonne vieille Pouplie vous en remerciera.

L'équipe