Retour sur une version botanique du conte de Charles Perrault, avec des graines endormies depuis 142 ans (!) et qui viennent de se réveiller. Une expérience au très long cours qui pourrait apporter des éléments supplémentaires sur la conservation des semences, alors qu'une partie des espèces est menacée.

La graine au bois dormant
La graine au bois dormant © Getty / sarayut Thaneerat

Tout commence en 1879 : nous sommes aux Etats-Unis sur le campus de l’université du Michigan pile entre Chicago et Detroit, à proximité des grands lacs, et il y a William avec nous. 

William James Beal, professeur de botanique aux yeux bleus perçants, qui se pose une question toute bête, comme souvent au début de n’importe quelle expérience scientifique : des graines peuvent-elles pousser après des années, voire des siècles d’hibernation  ?

Le voici donc en train de collecter celles de différentes plantes sauvages, avant de les enfermer dans 20 flacons en verre remplis de sable, et d’enterrer le tout tête en bas dans un endroit secret du campus, en leur souhaitant bonne nuit.

Que s’est-il passé ensuite ?

Et bien l’ami William a lancé ce qui est aujourd’hui l’une des plus longues expériences au monde : 

il a indiqué le lieu sur une carte en papier, la carte au trésor quoi, avec l’idée dans un premier temps de déterrer un flacon tous les cinq ans. Puis tous les 10 ans, puis tous les 20 ans, si bien que le seizième flacon l’a été début avril dernier. 

Comme tous les autres, il contenait 50 graines, qui ont été plantées, et – formidable nature - voici quelques jours plus tard, le 23 avril précisément, deux jolies petites feuilles toute vertes sorties de terre, puis d’autres : onze pousses au total ! La championne s’appelle Verbascum blattaria, surnommée « l’herbe aux mites », championne parce que cette grande herbe aux fleurs jaunes réapparait à chaque fois depuis 142 ans, comme si de rien n’était.

Verbascum blattaria / Molene blattaire
Verbascum blattaria / Molene blattaire © AFP / VIARD M./HorizonFeatures/Leemage

Mais comment une graine peut-elle être toujours « vivante » après autant de temps ?!

Formidable nature je vous dis ! Les botanistes n’ont pas encore toutes les explications, c’est bien le but de l’expérience d’ailleurs, comprendre le fonctionnement des graines, les facteurs de longévité, entre autres. Les chercheurs observent aussi les graines qui ne se réveillent pas et tentent des bains de fumée, du froid ou même une hormone de croissance pour les stimuler.

Tout cela pourrait évidemment apporter des éléments supplémentaires sur la conservation des semences, vous savez qu’il existe des milliers de banques abritant les mémoires végétales du monde. 

Le précieux trésors pour restaurer les écosystèmes et ne pas laisser s’éteindre le règne sachant que 21% des espèces végétales sont menacées d’extinction. 

Dans le Michigan il reste 4 flacons pour aller jusqu'en 2100, mais d'autres graines, actuelles, vont prendre le relais et vont être enterrées pour prolonger l'expérience de William James Beal, pendant que les reliques, elles, profiteront du soleil bien mérité après tout ce temps dans le noir !

L'équipe