Ce matin : une étonnante histoire de changement de sexe dans un vivarium australien où il ne reste plus que des femelles, le comportement d'une veuve dragon change alors radicalement. Elle se rapproche d’une de ses anciennes rivales. Son aspect physique aussi se transforme...

A la mort de son compagnon, la femelle lézard a changé de sexe
A la mort de son compagnon, la femelle lézard a changé de sexe © Getty / Simon Schluter/The Age

L’histoire se passe à l’aquarium Sea Life de Melbourne en Australie. Doris et Old Mate, un couple de dragons forestiers de Boyd (une espèce de lézard), filent le parfait amour jusqu’à ce qu’Old Mate meurt. Dans le vivarium où il ne reste plus que des femelles, le comportement de la veuve dragon change alors radicalement. Elle se rapproche d’une de ses anciennes rivales. Son aspect physique aussi se transforme. Elle prend du poids. La crête sur sa tête se développe et se teinte en jaune, une caractéristique que l’on observe habituellement chez les mâles.

Intrigués, les soigneurs font passer une échographie à Doris. Et là surprise : à l’image, ce ne sont pas des tissus ovariens qui apparaissent mais des testicules matures. 

Pourtant les soigneurs sont formels : ils ont vu cet animal pondre des œufs avant sa transformation. Selon eux pas de doute possible : Doris a changé de sexe. C’est la première fois qu’un tel phénomène est observé chez cette espèce.

Alors que s’est-il passé ? 

Des chercheurs sont en train de plancher sur la question, mais il est trop tôt pour répondre. Il pourrait s’agir d’un cas isolé, d’une bizarrerie génétique. Il pourrait aussi s’agir d’une capacité de l’espèce, sélectionnée au cours de l’évolution car avantageuse. Dans le cas présent, il n’y avait plus de mâle dans le vivarium. 

On comprend l’atout que représente la possibilité de changer de sexe dans ce genre de situation pour la survie du groupe. 

Reste à savoir si de telles transformations se produisent réellement dans la nature chez les dragons forestiers de Boyd.

Ce genre de transformation existe-t-il chez d’autres animaux ?

Oui, il y a quelques cas chez les amphibiens mais c’est plus fréquent chez les poissons, notamment chez le poisson clown. Ces animaux sont organisés en clans composés d’une femelle et d’un mâle reproducteur entourés de mâles plus petits qui ne participent pas à la reproduction. Si la femelle vient à disparaitre, le mâle reproducteur grossit, devient femelle et se met en couple avec le plus gros des autres mâles du clan. Chez les mérous c’est une question d’âge : dans les premières années de sa vie on est femelle, et passé un certain âge on devient mâle.

Et pour revenir aux reptiles, chez plusieurs lézards et bon nombre de tortues, le sexe des individus à la naissance dépend de la température d’incubation des œufs. Les scientifiques ont déjà observé chez des tortues marines des populations comptant un mâle pour plus de 100 femelles, suite à une élévation de température. De quoi inquiéter les chercheurs sur les conséquences que pourraient avoir le changement climatique sur ces espèces.

L'équipe