Une forêt ancienne de cyprès, engloutie au large de l’Alabama dans le golfe du Mexique…

Algues
Algues © Getty / Douglas Klug

Alors une forêt d’arbres terrestres sous l’eau : comment est-ce possible, allez-vous me dire ? D’autant qu’elle est très très vieille : 52 000 ans ! Et bien c’est possible parce qu’après avoir été inondés en raison de la montée des eaux, les troncs ont été recouverts par les sédiments, protégés de l’oxygène et donc de la décomposition. Et on est sûrs, au passage, que c’est une forêt grâce aux racines présentes dans le sol, à 18 mètres de profondeur, sur une superficie d’un peu moins d’un kilomètre carré. 

C’est un pêcheur qui l’avait repérée le premier après le passage de l’ouragan Ivan en 2004, avant qu’ONG et scientifiques ne s’intéressent de près à ce joyau naturel, comparable selon certains enthousiastes au Grand Canyon ou au parc de Yellowstone

Existe-t-il d’autres forêts de ce genre dans le monde ?

Deux autres uniquement, mais moins vieilles : 

  • 10 000 ans au large des côtes des Cornouailles
  • 8000 ans pour une française (eh oui !), découverte à l’automne 2019 totalement par hasard à 1 km à peine au large de Palavas-les-flots… Une forêt de chênes a priori, qui passionne les scientifiques à la recherche de traces de la main de l’homme sur la végétation peut-être déjà à cette époque, et travaillant à mieux comprendre l’environnement et les paysages. 

Aux Etats-Unis, au-delà du monde féérique dans lequel on a l’impression de plonger d’après l’un d’eux, les spécialistes espèrent beaucoup des informations qu’ils pourraient obtenir sur le climat en période glaciaire, ainsi que sur les plantes et insectes présents à l’époque… Car figurez-vous que ces troncs d’arbres engloutis grouillent de vie ! 300 animaux et une centaine de bactéries répertoriés au cours d’une exploration - bactéries qu’on trouve sur un mollusque surnommé "termite de la mer", et qui pourraient être utiles à la médecine, dans l’élaboration d’antibiotiques en particulier. 

Pas touche, donc, à cette précieuse forêt sous-marine…

Mais devinez quoi ? Elle suscite les convoitises : certaines entreprises voudraient remonter tout le bois pour le vendre, il y a même eu l’an dernier une demande pour de l’ameublement. Mais pas question de transformer ce trésor en table basse ! 

Une parade a donc été trouvée : transformer le lieu en sanctuaire marin… C’est le Congrès américain qui aura le dernier mot, et vu le tournant environnemental qui semble s’opérer avec Joe Biden, les requérants sont plutôt optimistes. 

Je signale quand même que ce statut de sanctuaire protègera contre l’exploitation du bois mais pas contre le tourisme - s’il reprend un jour. La localisation exacte est donc pour l’instant gardée bien au chaud par les scientifiques, histoire que cette forêt sous-marine leur réserve ses nombreux secrets… 

L'équipe