Quand Hibernatus passe vraiment pour un petit joueur... Aujourd'hui, retour sur l’histoire étonnante du rotifère bdelloïde qui a survécu 24000 ans la glace et qui une fois réveillé a pu reprendre une activité tout à fait normale.

Un rotifère bdelloïde a survécu 24 000 coincé dans des glaces en Russie. Une fois réveillé a pu reprendre une activité tout à fait normale. Ici glace en Russie
Un rotifère bdelloïde a survécu 24 000 coincé dans des glaces en Russie. Une fois réveillé a pu reprendre une activité tout à fait normale. Ici glace en Russie © Getty / Vadim Skryabin\TASS

Ça se passe en Sibérie où une équipe de scientifiques russes a découvert, piégé à 3,50 mètres de profondeur, un rotifère bdelloïde.  

Cet organisme microscopique qui ressemble à une petite trompette et que l’on trouve habituellement dans les lacs, les étangs ou les rivières était déjà connu pour ses capacités de résistance extraordinaires à la déshydratation et à la congélation.  

Les chercheurs qui ont daté au carbone 14 le sol gelé où il se trouvait, en ont conclu qu’il affichait 24 000 ans de sommeil glacé à son compteur !   

Et l’animal est donc revenu à la vie ! 

Absolument. Le généticien Simon Galas qui travaille à l’Université de Montpellier explique que le rotifère une fois réveillé, a pu reprendre une activité tout à fait normale et même se reproduire comme si rien ne s’était passé pendant 24 000 ans !   

Cette découverte soulève bien sûr des questions concernant les mécanismes utilisés par cet animal multicellulaire pour supporter une période de repos aussi longue. 

Ce que l’on sait, c’est que le rotifère doit sa capacité de résistance hors du commun à des gènes qu’il a piqués au cours de l’évolution à d’autres organismes comme des champignons, des algues ou des bactéries.  

De vraies armes qui lui ont permis de développer une résistance à toute épreuve

Le rotifère est donc suréquipé pour protéger son matériel génétique et l’intégrité de ses cellules.  

Avec sa super boite à outils, il peut combattre le stress oxydatif, résister à des températures extrêmes ou aux variations physico-chimiques exceptionnelles de son environnement et donc entrer en "cryptobiose" cet état dans lequel le métabolisme est presque complètement à l’arrêt.   

C’est le seul organisme capable de telles prouesses ?  

Non puisque deux spécimens de vers nématodes avaient été retrouvés au même endroit en 2018 après avoir passé respectivement 42 000 et 30 000 ans dans le pergelisol.  

Le tardigrade aussi appelé "ourson d’eau" figure aussi sur la liste des organismes les plus indestructibles du monde.  

Mais vous allez me dire "ça me fait une belle jambe de savoir qu’un rotifère peut passer 24 000 ans dans la glace".

Et bien je vous réponds que non seulement cette découverte est fascinante pour la connaissance des mécanismes de résistance à des conditions extrêmes, mais que l’on pourrait aussi s’inspirer des protéines vitrifiées du rotifère pour conserver ou transplanter des tissus humains, pour freiner notre processus de vieillissement ou même pour créer des matériaux protégeant les astronautes des rayonnements cosmiques. Ce qui n’est pas rien vous en conviendrez.  

A côté du rotifère bdelloïde et ses 24 000 ans de congélation, Hibernatus passe vraiment pour un petit joueur !    

Thèmes associés