Et à quoi pensez-vous en entendant Far West ? Les cowboys les indiens oui, les saloons, la poussière, le désert, oui, et ? Les cactus, évidemment !

Le gigantesque saguaro
Le gigantesque saguaro © Getty / Thomas Roche

Et UN en particulier : le gigantesque saguaro, vous savez celui qui est tout droit et dont dépassent des branches, un peu comme des bras pointés vers le ciel… Le cactus le plus emblématique de l’ouest américain. Et bien le saguaro a beau façonner ce paysage depuis 10.000 ans, il pourrait ne pas survivre à notre siècle ! Merci le réchauffement climatique, merci la sécheresse, merci la canicule.

Les cactus aiment la chaleur

Elle les fait même croître. Le saguaro est d’ailleurs le cactus le plus grand des Etats-Unis et le deuxième plus grand au monde, jusqu’à 12m de haut quand il dépasse les 150 ans, mais il est une sorte de victime collatérale de ces conditions climatiques. Un effet domino qui le menace.

Je vous explique : d’un côté, il y a donc la sécheresse. L’année 2020 n’a jamais eu aussi peu de pluie dans le désert de Sonora dans l’Arizona, hydraté normalement (oui) par une mousson annuelle, qui n’a pas eu lieu l’été dernier, avec plus 124 jours non-stop à 38 ou 40 degrés à l’ombre minimum. Bon. Mais ça le saguaro il gère, y’a pas de problème. Sauf qu'il y a aussi dans les parages la cenchrus ciliaris (sencrus), « buffelgrass » en anglais, une plante invasive venue d’Afrique du Sud, introduite il y a des années pour lutter contre l’érosion. Et cette plante, en plus de s'incruster partout, est hautement inflammable. Elle s’est donc transformée en tapis prêt à s’embraser autour des cactus. Qui ne résistent malheureusement pas aux incendies, des milliers ont été détruits l’an dernier. Le risque de multiplication des feux en raison du réchauffement climatique pourrait donc leur être fatal !

Des solutions ? 

Même si ça semble aujourd’hui dantesque : éradiquer cenchrus ciliaris, la plante invasive.

Des centaines d’habitants se mobilisent pour en retirer déjà régulièrement, à la main. Et une opération « Sauvons nos saguaros » a été lancée au printemps dernier par le musée du désert de Sonora pour aider à identifier et retirer les clusters de l’indésirable plante.

 Objectif, l’éliminer déjà d’une zone de 30 hectares d’ici 10 ans. Une goutte d’eau quand on sait que le désert est 1 million de fois plus vaste… Désert où une autre menace pèse sur le saguaro : son braconnage, car il peut se vendre 200 dollars les 30 cm. 

Dur d’être un cactus dans ce nouveau west. 

Les invités
L'équipe