Ce matin, on vous invite à regarder nos maisons traditionnelles avec des lunettes de géologue.

Les maisons de Rochechouart en Haute-Vienne portent dans leur construction des traces de la collision avec un astéroïde il y a 200 millions d'année
Les maisons de Rochechouart en Haute-Vienne portent dans leur construction des traces de la collision avec un astéroïde il y a 200 millions d'année © AFP / MEHDI FEDOUACH

Oui une bâtisse ancienne peut être une mine d’informations pour un géologue.  C’est un peu montre-moi la façade de ta maison je te dirai de quoi est fait le sol de ta région. 

On a longtemps construit en utilisant les roches locales. Les demeures traditionnelles bretonnes sont généralement faites avec le solide granite du sous-sol aux propriétés isolantes plus intéressantes que le béton. Sur les territoires argileux du nord, les maisons en briques sont très présentes (Et les briques sont précisément faites d’argile séchée ou cuite). Sur les terres volcaniques d’Auvergne, les laves refroidies, notamment le basalte noir, ont été localement utilisées comme pierre à bâtir.

D’autres exemples ?

Oui, la meulière caverneuse, cette roche siliceuse d’aspect spongieux est typique de l’Ile de France. Solide, étanche et isolante elle était très prisée au début du 20eme siècle par les riches parisiens qui se faisaient construire des pavillons de meulière dans les campagnes proches.

Autres spécificité architecturale locale : dans l’Yonne, du côté du village de Saint-Moré, des murs ont été édifiés en utilisant une pierre locale produite par du corail. Parce qu’à cet endroit, il y a 150 millions d’années, il y avait une mer peu profonde. Sous le climat tropical de l’époque, le lieu était propice à la formation de barrières de corail.

Plus énigmatique : dans la jolie ville de Rochechouart, en Haute Vienne on peut voir des monuments construits avec une pierre un peu bizarre qui présente des inclusions de couleurs rouilles. Un aspect que l’on ne rencontre nulle part ailleurs en France.

Il y a-t-il une explication ?

Ces roches témoignent du percutant passé de la région. Il a fallu attendre 1969 pour qu’un géologue, François Kraut, comprenne ce qui s’était passé. Il y a 200 millions d’années, un astéroïde d’un kilomètre et demi de diamètre est entré en collision avec notre planète pile à cet endroit. Le cratère provoqué par l’impact a disparu avec le temps mais les roches ont été profondément brûlées et transformées lors du choc. 

On n’a rien retrouvé de l’astéroïde lui-même mais 200 millions d’années plus tard les pierres locales devenus matériaux de construction portent encore en elles, les stigmates de la catastrophe.

Bref les murs des maisons traditionnelles n’ont peut-être pas d’oreilles mais ils peuvent nous raconter la longue et tumultueuse histoire géologique de nos régions. Vous le découvrirez en lisant Paysage de France en bord de chemin de George Feterman et Marc Giraud aux éditions Delachaux et Niestlé.

L'équipe