Savez vous planter des slips ?

Et si on plantait notre slip ?
Et si on plantait notre slip ? © Getty / Westend61

"Plante ton slip", c’est le nom totalement décalé mais accrocheur, d’une opération menée par l’Agence de la transition écologique, pour découvrir ce qui se passe sous nos pieds. L’idée vient du Canada, lancée par des agriculteurs en 2016, et le principe est très simple : planter donc, enterrer, un de nos sous-vêtements, pour le transformer en quelque sorte en espion des sous-sols… C’est grâce à lui qu’on va savoir si tout se passe bien là-dessous, ou pas.

Le mode d’emploi 

Si vous avez un vieux slip ou une vieille culotte qui traine – évitez les neufs sinon c’est du gâchis – vous le ou la sortez du placard. Couleur blanche, de préférence, pour qu’aucun composé chimique ne vienne polluer le sol avec une teinture, et en matière naturelle, le coton bio étant le mieux, mais coton tout court on va dire que ça ira. Direction le jardin que vous avez envie de tester : vous prenez votre pelle, et hop, on creuse un trou de 15 cm de profondeur, pour atteindre la couche arable, où se mélangent humus et minéraux. On plante son slip, et on rebouche… En prenant soin de mettre un petit repère pour retrouver l’endroit précis, 2 mois plus tard ! Car c’est le temps qu’il faut pour découvrir le résultat de l’expérience.

Une chasse au trésor slip

Alors il y a plusieurs options au moment de la découverte : votre dessous est intact, c’est très mauvais signe ! Ça veut dire qu’absolument rien ne s’est passé, votre terrain est un sol fantôme, aucune vie n’est présente. Option plus souhaitable : le trésor s’est transformé en guenille dont il ne reste que l’élastique (un bon moyen de repère) ! Alors là bravo, ça veut dire qu’il a été grignoté par les vers, bactéries, champignons, les 10 milliards de micro-organismes qui se trouvent dans le sol, et donc qu’il y a plein de vie ! Un sol riche, synonyme de terre fertile, renouvelée, qui va réguler à la fois le cycle de l’eau et permettre à la végétation de bien pousser. 

L’enjeu est grand puisque 95% de notre alimentation viennent des sols. C’est justement pour sensibiliser à ce monde invisible mais essentiel que l’opération existe, aussi pédagogique que ludique. On peut d’ailleurs - c’est la dernière étape du mode d’emploi - poster la photo de notre élégante trouvaille sur internet, avec le hashtag #plantetonslip, il y a même un site spécial… Je vous préviens c’est assez immonde, en fait, mais c’est l'image d'une bonne nouvelle, alors ne nous en privons pas !

Les invités
L'équipe