Dans sa chronique, Alexis le Rossignol nous révèle qu’il a terminé un roman la veille et il nous en parle.

Ça va bien vous allez bien?

Je sais pas si vous êtes au courant mais j’ai écrit un roman moi aussi, ouais, et je l’ai fini hier soir.

Ça m’a pris pendant le confinement, je lisais Dostoïevski et je me suis dit : "franchement ça va, écrire des livres c’est jouable - Nagui c’est un père spirituel mais il est fragile, faut penser à l’après".

Alors dans un premier temps il faisait 220 pages mais mon éditrice m’a dit : "il y a quelques passages superflus, faudrait réduire un peu."

Donc en version finale il fait… 33 pages. J’lui ai dit : " 187 pages en moins quand même, ça fait beaucoup, non ?"

Elle m’a dit : "Non non, on a gardé l’essentiel…"

Le début et la fin en fait, mon livre, c’est un résumé de mon livre.

On va l’imprimer sur des fiches bristol. L’équivalent en chronique radio c’est ça : "Bonjour ! Ça va bien ? Alors aujourd’hui j’vais vous parler de… Et bonne journée à tous!"

C’est vraiment un roman qui se lit d’une traite, qui se dévore même.

En quatrième de couverture, mon éditrice a mis : 

Écriture concise et efficace.

Peut être que celui-ci vous le lirez, Nagui, contrairement à celui de Philippe Labro, comme vous nous avez dit c’matin en arrivant. 

Sinon j’aurais aimé vous dire que c’est une super idée-cadeau pour Noël mais on a merdé au niveau des délais et il sort le 14 janvier… 

2020 quand tu nous tiens...

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La chronique fragile d'Alexis Le Rossignol