Alexis le Rossignol est rentré de Barcelone hier. Il nous raconte...

Holà, que tal ? 

Excusez-moi, je suis rentré d’Espagne hier et avec le décalage horaire, tout ça, j’ai encore un peu de mal avec le français.

Quand je reviens d’un pays aussi je garde l’intonation de ce pays pendant quelques heures et c’est assez pénible, hier soir je suis allé acheter du pain, j’ai dit à la vendeuse « yé voudrais oun baguét s’il vous plé ! »

Voilà c’est un peu chiant.

Elle m’a donné la baguette et elle m’a dit : "ce sera tout ?" J’ai dit "si señor", bref, il faut que je me reprenne.

Le pire c’est la fois où je suis allé en Inde : au retour, pour dire oui je faisais non avec la tête. Ma mère me disait : « t’en veux d’autres ? » Moi je faisais ça, elle retirait les plats. J’ai perdu du poids en rentrant d’Inde, faut le faire.

Alors je ne suis pas parti en vacances en Espagne hein, je suis allé jouer mon spectacle à Barcelone, comme Paul Mirabel il y a un mois... D’ailleurs, pour remplir la salle, je me suis annoncé comme étant Paul Mirabel, et c’était plein.

En arrivant sur scène j’ai dit "euh… bonjour". Et c’est tout. Les gens étaient morts de rire.

J’étais content de rejouer mais c’était pas évident, parce que quand tu ne joues pas pendant 5 mois, tu perds tes automatismes, tu sens que les enchaînements sont difficiles… Du coup, entre chaque vanne, il y avait un blanc.

Heureusement que j’suis habitué.

Alors j’y suis allé en train, pour des raisons écologiques, mais le train c’est à peu près trois fois plus cher que l’avion, donc ça challenge un peu les convictions...

C’est un peu comme quand tu dis à un pote que tu ne manges plus de viande le soir et qu’il te dit “c’est con, j’avais prévu une côte de bœuf”. Et toi t’es là “ah… euh… non mais en fait j’suis flexitarien.”

D’ailleurs j’ai fait l’aller en train et le retour en avion, donc j’suis flexi écolo. Je ne sais pas si l’expression existe déjà, j’ai cherché et j’ai pas trouvé mais si c’est pas le cas je veux bien qu’elle me soit attribuée. Ça ferait bien sur ma bio : conscient de la difficulté d’être cohérent dans son engagement écologique, en 2021 Alexis Le Rossignol invente le terme de "flexi-écologie". On lui doit à peu près 5 degrés de réchauffement climatique. 

Sinon j’étais parti en short en me disant "il va faire beau", tu parles, il a fait 12 degrés et il a plu à peu près tous les jours. J’ai jamais vu autant de doudounes et de parapluies qu’à Barcelone. 

Heureusement que les cinés étaient ouverts... J’y suis allé 12 fois. Les dernières critiques déposées sur Allociné elles sont toutes de moi. "Buena película", "mala película", "tengo frio"... Tout ça c’est moi.. 

Il a fait beau un jour quand même, et à Barcelone il y a la mer, donc je suis allé la voir, mais pas trop près parce que j’aime pas le sable : ça gratte, ça colle... si ça ne tenait qu’à moi j’coulerais des grandes dalles de béton sur les plages… En plus on pourrait s’y garer, ce s’rait pratique… Au lieu de tourner pendant des heures et finir par se garer sur le parking du Leclerc, à 3 kilomètres de la plage… On y pense aux pères de famille qui traversent la ville à pied avec un crocodile gonflable dans les bras ? Ou le flamand rose ?

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.