Pour Alexis, surtout en ce moment, il faut savoir apprécier ce qu'on a

Ça va bien ? Bah moi aussi ça va.

Ce matin j’ai fait une selle bien moulée, j’étais content.  Non mais faut se réjouir de tout en ce moment.

Parce qu’on sait pas combien de temps ça va durer… le match aller il devait durer 15 jours pis au final il a duré deux mois.

Vous vous souvenez quand le confinement avait été déclaré au mois de mars ? Y avait un peu d’euphorie, y avait un côté « héhé, on va vivre un truc incroyable ». Là on sent surtout un côté flemme…

Y a encore de la farine dans les rayons, ça montre bien que les gens sont pas dedans.

Moi j’ai tenté de relancer les applaudissements à 20h00 on m’a dit “oh, tu te crois où toi ?”

Franchement le reconfinement c’est un match de foot au stade Louis 2 - pour ceux qui n’ont pas la réf c’est le stade de Monaco, et niveau ambiance on est entre The Voice Kid et un live de Carla Bruni.

Les gens n’y croient plus, y a même plus d’apéro zoom…

Même Cyril Lignac il a pas repris ses tutos cuisine...

Parce que tous les Français savent cuisiner maintenant… à cause de lui… 

Je sais pas si vous êtes au courant mais cette année on a tous un CAP cuisine : t’as été confiné, t’as un CAP, suffit de le demander - en maître de stage tu mets Laurent Mariotte et c’est bon.

On peut plus acheter de livres non plus.

En même temps Macron il a pas dit lisez cette fois-ci. Donc on n’est pas censés lire.

Non mais vraiment faut se réjouir de tout en ce moment. 

Faut faire vivre le petit Philippe Delerm qui vit en chacun de nous.

Par exemple moi je suis content qu’on continue la radio en studio parce que ça m’oblige à m’habiller une fois par semaine. Après l’émission j’vais aller faire mes courses et en rentrant je me dirai « dis donc Alex, semaine bien remplie ! »

Voilà j’espère juste qu’on va pas repasser en émission à distance dans les prochaines semaines, parce que pour le home-office à Paris j’ai un double problème moi : j’ai un problème de home et un problème d’office

Je pense que je suis aux normes, mais aux normes du Pakistan quoi, pas de la France. Sauf si les plaques de cuisson peuvent aussi servir de bureau, sinon non.

Je pourrais aller me confiner chez mes parents mais j’ai peur de plus jamais revenir à Paris après. On en est à un stade où à mon avis si je leur dis “Bon, le métier est devenu compliqué, est-ce que je peux rester ici - à vie ?” ils vont me dire oui.

Ils sont à la retraite, y a des légumes dans le jardin, je fais mes nuits, franchement ça va pas changer leur quotidien.

J’crois que pour mes parents le seul truc important c’est que je me drogue pas, c’est vraiment leur seule préoccupation quoi.

Parfois ils m’appellent juste pour ça. Ils sont là :

- Tu te drogues pas ? 

- Non 

- Bah bonne journée alors…

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La chronique fragile d'Alexis Le Rossignol