Dans cette chronique, Alexis le Rossignol nous parle de lien social et de Covid...

Oui… Alors aujourd’hui on va parler de lien social et de Covid, parce que ça change tout le Covid.

Déjà, dans les familles nombreuses, ils vont devoir faire deux services le soir, pour peu que ce soit une famille de sept, il y en a un qui mangera tout seul...

Bon, il y a du positif aussi. Déjà, depuis qu’on est en période de Covid, on commente beaucoup moins la météo qu’avant. La semaine dernière, je suis allé à la communion de ma nièce, et bah personne n’a dit "il fait gris dis donc", alors qu’il faisait vraiment gris.

A croire que depuis qu’on cohabite avec le Covid, on arrive à se rendre compte par nous-même du temps qu’il fait, incroyable ça ! Comme quoi, face à l’adversité, l’humain s’adapte et progresse ! 

Sauf que maintenant, on a remplacé le commentaire météorologique par "oh la la, on en sort pas de cette crise", là tu sens que ça part bien déjà.

Et le nouveau point Godwin des conversations c’est Didier Raoult.

Moi avant-hier, j’ai dit que Didier Raoult était un peu marseillais, mais c’était une blague. Parce que je suis humoriste. Bah j’ai perdu deux amis. Alors qu’il est marseillais ! Les gens sont tendus...

Le Covid c’est pratique pour les salutations aussi, parce qu’on gagne vachement de temps… Moi je viens des Deux-Sèvres, chez nous et en Vendée c’est quatre bises, les mariages chez nous ils commencent très tôt, 9 heures du matin devant la mairie pour tout le monde, parce que les gens ils mettent 4 heures pour se dire bonjour. Par contre quand on voit des japonais se faire la courbette on trouve ça chelou...

La bise c’est vraiment un trauma d’enfance pour moi : je viens des Deux-Sèvres ou c’est quatre bises mais j’ai de la famille qui vient des Charentes où c’est trois bises avec première bise sur le côté gauche, et j’ai de la famille qui vient de Bretagne où c’est juste deux bises avec première bise à droite. Résultat, je savais jamais de quel côté tendre la joue ni combien en faire, j’étais là, j’essayais d’anticiper : alors attends, tante Jeanne elle vient des Charentes donc c’est trois - tata Claudine elle habite en face du Mont Saint-Michel, le Mont Saint-Michel c’est où déjà? Ah oui c’est en Bretagne donc c’est deux, oui le Mont Saint-Michel est en Bretagne ! Il y a un moyen mnémotechnique d’ailleurs : si tu vois le Mont Saint-Michel depuis la Bretagne, il est en Bretagne, si tu le vois depuis la Normandie, tu le vois mal.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

  • Légende du visuel principal: Alexis le Rossignol en studio © Radio France /
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.