En début de semaine, Alexis le Rossignol s'est fait prêter un livre intitulé "Comment parler des livres que l’on n'a pas lus ?", alors il ne l’a pas lu, mais il nous en parle.

Bonjours' à tous, comment ça vat'?

En début de semaine on m’a prêté un livre qui s’appelle "Comment parler des livres que l’on a pas lus ?" Alors je l’ai pas lu, mais je vais vous en parler.

La première situation c’est quand l’un des deux individus possède a priori une plus grande expertise que l’autre dans un domaine précis et qu’il a une autorité sur l’autre grâce à ses connaissances.

Par exemple ici, si Daniel me parle d’un roman qui s’appelle "La doudoune sans manches" alors qu’il ne l’a pas lu, il peut me raconter n’importe quoi, je ne mettrai pas sa parole en doute, parce qu’objectivement c’est possible que Daniel ait lu ce roman, et il peut même pousser un peu le truc en disant "lis-le, je te le recommande”, parce qu’au fond de lui il sait que je ne vais pas le lire.

Il me connaît Dani, les doudounes sans manches et la science-fiction, ce sont deux trucs qui ne me parlent pas. 

La philo au lycée c’était ça aussi, les profs pouvaient affirmer avoir lu n’importe quoi, on les croyait. La première semaine, ils citaient Pascal et Spinoza, wow, on les prenait pour des génies ! 

Pour nous il y avait Platon, Jean-Paul Sartre et juste en-dessous Monsieur Pineau… Pis au bout de 3 mois tu réalisais que Monsieur Pineau n'avait pas eu son CAPES et qu’il était prof de philo remplaçant en STT… L’épreuve du bac de philo en STT c’est une dictée : “Descartes a dit, je répète Descartes a dit : 'Je pense donc je suisse, je pense donc je suisse.' "  

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés