Dans cette chronique, Alexis le Rossignol nous parle de Jean-Pierre Bacri, de Leïla Slimani, du Covid, du secret de fabrication de ses chroniques, et d'endives au jambon.

Bonjour à tous… Bien content de recevoir Bruno Solo aujourd’hui… L’homme qui m’a dit un jour que je faisais des chroniques un peu fragiles… Ça fait plaisir...

Dans le même registre on m’a dit : "C'qu'est bien chez toi c’est que tu cherches pas à faire rire…" Euh… si, si… ça se voit peut être pas mais si en fait, c’est assez rare que j’arrive ici en me disant : "allez, aujourd’hui, le rire on s’en fout, c’est le fond qui compte, le fond, le fond, le fond!”

Les autres, ça va bien vous allez bien? Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus… Bah oui parce que jeudi dernier on m’a dit Alexis, on organise une spéciale Jean-Pierre Bacri demain, est-ce que tu peux rester chez toi? Sympa… Comme si je croulais sous les cachets en ce moment… Moi j’aimais bien Bacri mais je me souviendrai surtout qu’il me doit 200 euros… bruts.

On ne pouvait pas lui rendre hommage pendant la matinale ? Nicolas Demorand et Léa Salamé ça fait à peu près un an qu’ils disent la même chose tous les matins : "oh la la le Covid, oh la la les clusters, oh la la la météo, Marie-Pierre Planchon…" Quel temps fait-il à Paris ce matin Marie-Pierre ? Et bien il pleut Nicolas - merci on a des fenêtres…

Après c’est Augustin Trapenard, un jour sur deux il reçoit Leïla Slimani… On dirait qu’ils prennent le thé entre potes : « Bonjour Leïla Slimani » - « Bonjour Augustin Trapenard ». Ils sont potes mais ils s’appellent par leur nom de famille, on sent les vieilles familles française. Slimani c’est pas son vrai nom à Leïla, elle doit être de quelque chose à la base.

Et nous on est là on écoute, les belles formules, les grandes phrases, le parfum des fleurs la nuit, une chanson douce… que me chantait ma maman… 

L’autre jour Leïla Slimani je l’ai vue arriver à la Maison de la Radio, elle avait les clés… Moi j’étais derrière elle mais j’avais oublié mon badge, à la sécurité ils m’ont dit "vide ton sac", bon bah j’ai commencé à leur raconter ma vie, mon enfance, mon adolescence… J’ai pleuré un bon coup, ça m’a fait du bien. Ils m’ont dit : "non, ton sac à dos", la honte… Non parce que c’est pas facile en ce moment, moi mes spectacles ils sont décalés d’un an maintenant !

En 2022 je vais aller jouer dans des villes qui pensent que je ferai encore de l’humour l’année prochaine. Pfff, première vanne du spectacle. Si ça se trouve l’année prochaine je serai devenu pêcheur de coquilles Saint-Jacques, dans la Loire. Y’en a pas? Bah attendez, avec le 3ème confinement elles peuvent revenir.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés