Anthony Bellanger

On vient de l’apprendre, une tribu d’Amazonie a, pour la première fois, pris contact avec le monde extérieur.

On les appelle les Indiens « non-contactés », tout simplement parce qu’ils n’ont jamais pris contact avec le monde extérieur. Ils vivent en forêt amazonienne dans une vaste région qui couvre tous les pays du bassin de l’Amazone.

Fin juin, 5 hommes et 2 femmes ont donc pris contact avec des indiens Ashaninka du Brésil dans l’Etat d’Acre, non loin de la frontière péruvienne. Armés de flèches et de d’arc mais aussi d’un fusil hors d’âge, ils ont accepté les cadeaux offerts.

Une vidéo a été tournée qui, je le dois le dire, est assez émouvante. Elle a été mise en ligne hier et on y voit, par exemple, deux de ces Indiens entrer dans le village Ashaninka et emporter une hache, une machette et un short.

On sait à la langue qu’ils parlent, le Pano, qu’ils viennent du Pérou et qu’ils ont décidé de prendre contact pour récupérer des armes. On sait aussi qu’ils ont déjà contacté d’autres tribus indiennes, ce qui explique le fusil.

On sait enfin que la tribu, d’une cinquantaine de membres, a été attaquée au fusil par un homme blanc. C’est probablement pour cette raison, des attaques récurrentes de trafiquants de bois, qu’ils ont dû fuir le Pérou pour le Brésil.

Ces contacts sont très rares, n’est-ce pas ?

Ils sont effectivement très rares, parce que ces Indiens « non contactés » sont très peu nombreux. Au brésil, c’est quelques milliers tout au plus. Mais aussi parce que ces contacts sont extrêmement encadrés, voire carrément interdits.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, alors que le contact a eu lieu fin juin, les images n’ont été diffusées que fin juillet. Le lieu de cette rencontre est secret et tout est fait pour éviter le voyeurisme touristique ou les missions d’évangélisation.

D’autant qu’en plus, ces contacts avec notre monde moderne peuvent leur être fatal. Littéralement. Les 7 Indiens qui sont entrés en contact fin juin, sont revenus 3 semaines plus tard, tous malades de la grippe.

Ils ont évidemment été soignés en urgence pour sauver leur vie d’abord et surtout pour éviter la contamination de toute la tribu. Il est courant que dans les mois suivant le contact, la moitié des Indiens décèdent de la grippe.

Il y d’autres tribus non contactées dans le monde ?

Avant de vous répondre, sachez qu’on en a, en France, des Indiens non contactés : les Wayampi en Guyane. Eux savent que nous existons mais refusent le contact. Il seraient 1 500 répartis entre le Brésil et donc la Guyane française.

Mais il y effectivement d’autres tribus « non contactées » dans le monde. Les plus connus sont les indigènes des îles Andaman, un archipel indien situé au large de la Birmanie. Il est interdit de les visiter et de toutes façons ils refusent tous contacts. A coup de sagaies s’il le faut. N’imaginez pas que parce qu’ils vivent nus et loin de la civilisation, ils sont doux et pacifiques.

Nos 7 indiens d’Amazonie ont clairement expliqué que les armes c’était aussi pour régler des comptes entre eux. On en compte aussi en Nouvelle Guinée et la dernière tribu non contactée d’Australie a été découverte il a seulement 30 ans ! Mais je voulais vous raconter une dernière anecdote sur ces Indiens qui viennent donc de nous contacter. Sur les 2 vidéos misent en ligne, on voit bien que ces indigènes ne comprennent pas ce qu’on leur dit. Problème de langue, tout simplement. Alors pour éviter les malentendus et montrer qu’ils sont pacifiques, ils se mettent à chanter. La musique est décidément LE langage de paix universel ! Alors si par hasard, il vous arrive un jour de tomber sur une tribu « non contactée », Pierre, chantez-leur une chanson douce que vous chantait votre maman. Ca devrait marcher.

Amazonie
Amazonie © CC - Lecomte B
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.