Anthony Bellanger

Ce matin, c’est une nouvelle affaire de pédophilie qui secoue la Grande-Bretagne

Une affaire qui occupe ce matin les unes de beaucoup de quotidiens Outre-Manche. La police a perquisitionné hier une des propriétés du chanteur Cliff Richard, dans le Berkshire dans une affaire d’agression sexuelle sur un mineur de moins de 16 ans.

Tout est incroyable dans cette histoire. D’abord, Cliff Richard est une rock star très populaire au Royaume-Uni. Ensuite, l’ancienneté des faits : ils auraient été commis il y a trente ans, en 1985. La victime aurait donc aujourd’hui plus de 40 ans.

Enfin, il y a le contexte. La Grande-Bretagne semble prise depuis plusieurs années maintenant dans une espèce d’obsession pédophile. Les scandales se multiplient, comme les unes dans la presse populaire et les enquêtes de police suivent.

Tout a commencé en 2012 avec l’affaire Jimmy Savile

Jimmy Savile est ancien animateur de radio et de télévision mort en 2011 à 84 ans. Sa popularité semble l’avoir protégé des plaintes de viols, d’agressions sexuelles voire même de nécrophilie.

On lui attribue aujourd’hui 75 agressions sur des victimes âgées de 5 à 75 ans. Quand le scandale éclate en 2012, un rapport souligne notamment que la BBC, son employeur, savait mais a choisi des années durant ne pas y regarder de plus près.

En clair, Savile était tellement populaire que la BBC a préféré minimiser les faits plutôt que de perdre son animateur vedette. Le scandale est tellement énorme qu’il a obligé le gouvernement britannique à s’excuser auprès des victimes et du public.

Le scandale en entrainant un autre, le Parlement britannique s’est lui aussi retrouvé soupçonné d’abriter un réseau pédophile. On parle d’une vingtaine de politiques impliqués. On murmure des noms, on menace de tout révéler.

Mais y a-t-il plus que des soupçons ou des rumeurs ?

Oui, il y a d’abord des enquêtes menées tout azimut par une police et une justice tétanisées par le soupçon qu’elles pourraient couvrir les coupables. Il y a même eu un rapport circonstancié, remis au parlement et qui a mystérieusement disparu.

Du coup, les Britanniques voient des pédophiles et des complots partout. Aidés par une presse tabloïde qui alimente la rumeur en multipliant unes et articles racoleurs. Elle capable de tout cette presse :

En l’an 2000, le quotidien News of The World avait par exemple commencé la publication de listes de pédophiles britanniques, entrainant des lynchages et des saccages de domiciles. Le quotidien avait dû suspendre la campagne.Alors Cliff Richard, victime ou coupable ?

A ce jour, on ne sait même pas si la police britannique le considère comme un suspect ou un témoin. Ce qui est sûr, c’est qu’il déjà condamné par la presse populaire et la rumeur. Et sommé de s’expliquer en plus !

En fait, la Grande-Bretagne connaît en ce moment une nouvelle psychose pédophile, comme il y a 10 ans la France avec l’Affaire Outreau et, il y a vingt ans, en Belgique avec l’affaire Dutroux.

L’opinion publique imagine des complots pédophiles auxquels seraient mêlés des « puissants » bénéficiant de protections. Alors que la triste réalité, c’est que trois-quarts des viols et agressions sur mineurs sont commis dans le cercle familial.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.