Cinq jours de crise aiguë en Egypte. Le pays s'enfonce progressivement. quel bilan tirez-vous des derniers événements ?

La violence entraîne la violence, et le massacre de plusieurs centaines de manifestants pro Morsi mercredi, n’a fait qu’animer la haine déjà brûlante des Frères musulmans égyptiens.

Dès vendredi, les confrontations ont repris de plus bel et depuis, on dénombre plus de 200 morts supplémentaires. Malgré les cris de la communauté internationale qui demande aux deux camps de stopper l’hémorragie, sur place, le conflit n’a pas d’issue.

Devant ce constat, l’Union Européenne a décidé d’agir et de durcir le ton. Aujourd’hui même, les ambassadeurs des états se réunissent à Bruxelles. Leur objectif est d’envoyer d’une même voie, au gouvernement égyptien, un message clair et porteur.

Les Européens avaient prévu une enveloppe de 5 milliards d’euros pour soutenir la transition égyptienne. Mais avec les récents événements, possible qu’ils se ravisent.

Contrairement aux Saoudiens et aux Qataris, l’Union européenne ne veut favoriser ni l’une, ni l’autre des parties prenantes, et surtout ne pas financer la guerre civile.

Les événements de mercredi ont entraîné un véritable bain de sang, pourquoi les violences ont-elles repris ?

Parce que militaires comme manifestants ne cèderont rien. Ces deux forces politiques qui rivalisent depuis des années, règlent enfin leur compte, et la prise en otage du peuple fait partie du jeu.

En tous cas, l’armée est toujours considérée comme la colonne vertébrale du système politique égyptien pour le peuple qui la soutient. Les Frères, eux, demeurent la première puissance politique du pays. La confrérie représente un quart de la population.

Pendant les règnes de Sadate et Moubarak, les militaires lui ont cédé les fonctions éducative judiciaire et médiatique, leur réseau est donc très solide. Et ils comptent sur cette assise pour agir vite et fort.

Les tueries de mercredi dernier les ont indignés, ils ont donc organisé leur résistance dès vendredi. Et pour marquer l’événement, ils ont baptisé cette journée : « le vendredi de la colère ».

Ce qui est une référence aux journées révolutionnaires du printemps égyptien de 2011 ?

Oui et là, on reconnaît une autre de leur force : les Frères excellent en communication et maîtrisent parfaitement le langage médiatique, Ils ont repris à leur compte, l’expression « jour de la colère », utilisée par les militants à l’origine du rassemblement de la place Tahrir, au moment du Printemps arabe.

Ces jeunes militants plutôt libéraux ont créé leur groupe avant la Révolution en avril 2008, on les appelle depuis, le mouvement du 6 avril.

La démocratie est leur cause, mais ils militent surtout pour une Révolution non-violente.

Rien à voir donc, avec les Frères. Mais, malins, ceux-ci utilisent l’image positive du groupe révolutionnaire pour cautionner leur action et rallier le peuple.

Alors justement, où sont ces jeunes militants et comment prennent-ils part à la crise actuelle ?

Ils font partie des Egyptiens qui ne se trouvent ni dans un camp, ni dans l’autre et ils sont peu nombreux.

Depuis la Révolution, le groupe s’est orienté dans plusieurs directions. Ils ont voté pour élire Morsi au second tour. Mais Certains ont rejoint le mouvement Tamarod, la coalition qui a renversé les Frères.

Toutefois, la dérive sécuritaire actuelle leur fait prendre des distances avec le pouvoir surtout depuis la démission du Vice-Président. Et son départ a fait perdre aux libéraux un représentant.

Leur groupe n’a donc pas de visibilité, ils tentent en ce moment de s’organiser dans un nouveau mouvement mais qui pour l’instant, n’a rien d’une troisième voie.

Pourtant, la seule manière de sortir du marasme serait justement de dépolariser la crise et de proposer des alternatives d’ouverture, histoire de renouer le dialogue!

En tous cas, depuis hier soir, les Frères semblent plus atteints et commencent à montrer des signes de fatigue. La mort des détenus issus du mouvement qui ont tenté de s’évader d’une prison hier soir, va produire ses effets aujourd’hui, avec un probable nouveau renforcement de leur image de martyr !

Nous verrons dans les jours à venir si leur dissolution approche ou si, à nouveau ils changeront de stratégie.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.