Anthony Bellanger

Quand on s’appelle Barack Obama, David Cameron ou Matteo Renzi, difficile de prendre quelques jours de vacances Impossible même ! Prenez par exemple Barack Obama. Depuis une dizaine de jours, il est en vacances à Martha’s Vineyard. Une île très chic de l’Est des Etats-Unis. Deux petites semaines d’été qui ont déjà été interrompue plusieurs fois.Notamment par un aller-retour de quelques heures à Washington le weekend dernier. Juste le temps d’envoyer des drones sur l’Irak, de sauver les Yézidis et de se tenir au courant de la situation dans le Missouri.Des tâches qui auraient parfaitement pu accomplies depuis son lieu de vacances avec un téléphone portable et un ordinateur. Mais, deux semaines de vacances sans interruption, ça ne fait pas très « commander in chief ». D’où l’aller-retour.Le problème, de l’aveu même de ses conseillers en com’, c’est qu’il est tellement cool qu’il a toujours l’air en vacances. Du coup, chaque fois qu’il l’est vraiment, les critiques pleuvent. Et c’est très injuste : il suffit de comparer.Après 6 ans de pouvoir, George Bush a pris 349 jours off. Barack Obama, c’est 2 fois et demi moins : 129 jours ! Mais comme dit un de ses conseillers : s’il marchait sur l’eau, on lui reprocherait quand même de ne pas savoir nager.Et le problème est identique pour les autres leaders… A quelques nuances près. Prenez David Cameron, par exemple, qui cette année a pris ses vacances en Cornouailles. Pour justifier ce temps de repos, il a expliqué qu’il était toujours à portée de Smartphone.Mais alors pourquoi avoir lui aussi interrompu ses vacances ? La réponse est peut-être dans la mauvaise couverture réseau de la Cornouailles. On l’a vu plusieurs fois grimper en haut d’une colline à la recherche d’une pauvre barre de connexion.Il y a même ceux qui en prenant des vacances rapportent à leur pays. C’est le cas de Matteo Renzi, le Premier ministre italien qui est cette semaine en famille à Versilia, en Toscane.Un journal a calculé qu’entre les dépenses des journalistes qui le suivent et les reportages glamour multidiffusés sur les chaines italiennes, voire internationales, il a rapporté en équivalent pub quelques 5M€ à la Toscane. Service public !

Il existe même un indice de confiance « valise de 1er ministre » ? Oui, au Japon : plus la valise du 1er ministre est grosse, plus il prend de jours de vacances, donc mieux le pays se porte. Shinzo Abe, par ex, a pris cette année 10j de repos. Le message est clair : tout va bien, la crise est derrière nous !Dix jours, c’est tout de même très rate pour un Premier ministre japonais. En 2012, son prédécesseur avait pris 4j, pas un de plus. Et en 2011, année du Tsunami et de Fukushima, Naoto Kan avait volé 24h de randonnée en montagne.Il y a aussi ceux qui font les malins, comme Vladimir Poutine qui adore passer ses vacances à Tuva, non loin de la frontière mongole. Les photographes le surprennent parfois à moitié nu en train d’attraper des saumons à pleines mains.Non, la plus discrète, c’est encore Angela Merkel. Elle passe ses vacances à randonner dans les alpes italiennes avec son mari, Joachim Sauer, et elle en fait même profiter ses homologues.Lundi prochain, plutôt que de bêtement rencontrer le 1er ministre espagnol à Madrid, elle l’a convaincu de marcher 5km avec elle sur le chemin des pèlerins de Compostelle. Allez savoir pourquoi il a accepté ? Des choses à se faire pardonner ?

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.