Ce matin, Anthony, vous avez voulu revenir sur la crash du vol de la Malaysia Airlines et sur un des pays clé de ce drame : les Pays-Bas… S’il y a un pays qui est particulièrement affecté par ce drame, ce sont bien les Pays-Bas : 193 des victimes sont néerlandaises, dont au une vingtaine d'enfants. La question est donc de savoir que va faire le gouvernement ?A priori, vu de l’extérieur, la réponse n’est pas très encourageante : les liens économiques entre la Russie et les Pays-Bas sont tellement forts qu’on a du mal à croire que les Hollandais se rangeront contre Moscou. Je vais vous donner quelques exemples concrets : plus de 4 000 entreprises néerlandaises travaillent en Russie. Mieux encore, en 2013, les deux pays ont fêté en grandes pompes leurs 400 ans de bonnes relations commerciales. Avec expositions, visites du roi et de la reine, champagne avec Poutine et place d’honneur aux JO de Sotchi. Sans oublier les oligarques russes et leurs entreprises qui ont pris goût à la douceur fiscale des Pays-Bas. Le port de Rotterdam est aussi devenu en quelques années un des principaux débouchés européens pour le pétrole russe. Ces liens sont si forts que depuis le début de la crise ukrainienne, Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais, a systématiquement appelé au dialogue avec les Russes tout en modérant les plus vindicatifs des Européens.

telegraaf
telegraaf © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.