Il faudrait assumer notre responsabilité de protéger (le peuple syrien) établie par l'ONU en 2005. Mais on ne le fera sûrement pas, car nul en Occident ne souhaite risquer un engrenage régional voire international, en particulier face à la Russie

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.