Par Marcelo Wesfreid, journaliste au magazine L'Express

Bercy
Bercy © CC Novopress

Bercy pourrait être comparé à un grand bazar.

On imagine toujours que Bercy c’est quelque chose de très abstrait. Alors qu’en fait, l’administration fiscale, c’est un bâtiment très moderne, à Paris, qui donne sur la Seine. Et tout au bout de ce bâtiment, on trouve ce qu’on appelle l’« Hôtel des ministres ». C’est un endroit qui accueille actuellement 7 ministres. Un record ! - Et comment ces 7 ministres cohabitent-ils? Vous allez voir, c’est particulier. En gros, chacun vit sa vie de son côté. Le locataire le plus bruyant se trouve au 3ème étage. C’est Arnaud Montebourg. Il vient de bloquer le rachat du site français Dailymotion par l'américain Yahoo. Ses voisins trouvent qu’il en fait trop. Mais il est inexpulsable. Montebourg a fait inscrire dans le couloir ses slogans préférés comme : « Made in France » mais aussi « nationalisations temporaires ». C’est écrit en rouge sur une grande toile bleue. Difficile à louper.

Au-dessus, l’ambiance n’a rien à voir, c’est feutré ! Le ministre des Finances, Pierre Moscovici, est au 6ème étage. Il occupe le plus grand bureau de Bercy et ne fait jamais de tapage. Il est souvent à Bruxelles.

Aux 4ème et 5ème étages, ça grouille de ministres. Ca va de Fleur Pellerin, qui s’occupe de l’Economie numérique, à Bernard Cazeneuve, qui s’est installé au Budget. Il y a aussi Benoît Hamon, qui est chargé de la Consommation, et Sylvia Pinel. Vous la connaissez, Sylvia Pinel ? Elle appartient au parti radical de gauche. Elle est très la discrète ministre de l’Artisanat.

- Sans parler de colocation, il y a tout de bien des moments, où ces ministres se rencontrent ? Oui. Figurez-vous que les ministres se croisent tous les midis dans les salles à manger où ils reçoivent leurs invités. Car ces salles à manger forment des sortes de box contigus. Impossible, donc, de s’éviter. Certains se saluent. Mais d'autres se regardent en chien de faïence. Entre Moscovici et Montebourg, ce sont aussi deux lignes politiques qui s'affrontent : le social démocrate face au roi de l’interventionnisme. L’aile droite du gouvernement face à l’aile gauche. Il y aussi les mardi et mercredi après-midi. Les 7 ministres se rendent à l’Assemblée nationale pour les questions au gouvernement. Tout ce beau monde doit alors s’entasser dans la navette de Bercy. C’est un petit bateau qui file sur la Seine. Il est spécialement réservé aux ministres. C’est très pratique. Ca permet d’éviter les bouchons. Mais, comme au gouvernement, ça tangue pas mal. - Bercy, donc, est dans le viseur en cas de remaniement ? Oui, absolument. On vient de le voir. Vous n'avez pas de patron à Bercy. A l'époque, un Pierre Bérégovoy par exemple chapeautait tout. Là, il n'y a pas de grand argentier. Les ministres sont trop nombreux et la ligne politique varie selon les étages de l’Hôtel des ministres. C’est le grand bazar. Autant dire que s'il y a un remaniement, même un petit remaniement, il faudra réorganiser Bercy.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.