Par Benjamin Sportouch, journaliste à l'hebdomadaireL'Express

jean-françois copé veut devenir l'opposant numéro un à françois hollande
jean-françois copé veut devenir l'opposant numéro un à françois hollande © reuters

Demain sera débattue la motion de censure déposée mercredi dernier et cette première motion contre le gouvernement Ayrault est à « double détente ».

Et c’est Jean-François Copé qui potera le premier coup en défendant la motion. Le président de l’UMP en profitera pour tenter de renforcer son autorité sur le parti. L’élection ratée de l’automne dernier a laissé des traces et Jean-François Copé est toujours en recherche de légitimité. Il lâche donc ses coups sans compter. Quitte à s’encanailler. Sur le plateau de TF1 dimanche soir, on a ainsi entendu l’ancien ministre énarque réclamer qu’on arrête, « d’emmerder les Français», sous couvert tout de même d’une citation de George Pompidou de 1966. Ouf, l’honneur est sauf ! - Il y aura quand même quelques propositions dans l’allocution de Jean-François Copé . Oui des propositions copéo-copéiste. Car même si les députés de l’opposition devraient voter comme un seul homme cette motion de censure, ils sont loin d’être d’accord sur l’essentiel. C'est-à-dire sur la ligne et sur des idées pour une future alternance. Un exemple : les 35 heures. Quand Jean-François Copé demande dimanche un moratoire, quasiment en simultané, Bruno Le Maire, qui fut un temps candidat à la présidence de l’UMP, ne veut pas en faire l’alpha et l’oméga d’un programme alternatif.

Valérie Pécresse ne dit pas vraiment autre chose. Elle est même encore plus claire : la motion de censure n’est en rien la potion miracle de l’UMP. - C’est donc une nouvelle illustration des tensions internes à l’UMP. On peut le dire comme ça. Et si on en cherche une preuve supplémentaire, il n’y a qu’à regarder où se trouvera François Fillon au moment du débat. Pas à l’Assemblée mais en Russie, où il rencontrera son ami Vladimir Poutine. Officiellement, ce déplacement était prévu de longue date et il était, on ne veut pas en douter, très difficile de décaler le départ de quelques heures. Reste que l’ancien Premier ministre ne sera pas là pour la prestation de son redoutable rival. Pour information, la prochaine bataille entre les deux hommes devrait finalement avoir lieu en 2016, au moment de la primaire présidentielle et non pas à l’automne prochain parce que, selon de récentes confidences, François Fillon n’a pas l’intention de se représenter à la présidence de l’UMP à l’automne. - Cette bataille Fillon-Copé n’aura donc pas lieu à l’Assemblée demain et c’est finalement un autre match qui se profile. Oui et dans le ring, l’autre personnage politique qui joue gros c’est Jean-Marc Ayrault. Le Premier ministre se prépare depuis plusieurs jours à cette prise de parole.

C’est un peu une séance de rattrapage pour lui. C’est l’occasion de faire oublier sa piètre performance de juillet pour son discours de politique générale. Paradoxalement, l’opposition qui espère capitaliser sur cette motion de censure pourrait permettre au chef du gouvernement de se remettre en selle. Mais c’est loin d’être gagné. Jean-Marc Ayrault continue de dégringoler dans les sondages. Il perd encore quatre points dans le baromètre BVA/Orange pour France Inter et L’Express . Et malgré ses bisbilles internes, l’UMP passe en tête du palmarès des partis. Le duel Copé-Ayrault n’entrera certainement pas dans les annales car ni l'un ni l'autre ne jouent leur peau. Mais il peut donner lieu à une belle passe d’armes. Sur la forme plus que sur le fond. Après tout, c'est aussi cela le débat politique.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.